BFM Business

Se développer sur Internet, nouveau défi de la Française des Jeux

L’activité réalisée par Internet ne compte que pour 3,7 % des ventes, le reste a été effectué via les points de vente.

L’activité réalisée par Internet ne compte que pour 3,7 % des ventes, le reste a été effectué via les points de vente. - AFP Alain Jocard

Seulement 3,7% des mises en 2014 sont passées par Internet, contre 96,3% via le réseau physique des tabacs et kiosques. Un potentiel que prévoit de développer l’entreprise publique pour les années à venir.

A priori, tous les compteurs économiques sont au beau fixe à la Française des Jeux. L’entreprise publique a réalisé une excellente année passée, atteignant 13 milliards d’euros de ventes, soit + 645 millions d’euros. Grâce en partie à la coupe de monde de football en 2014, elle a enregistré 2 milliards d’euros rien que sur les paris sportifs, en croissance de 20%.

Cependant, à l’heure de l’économie numérique, la Française des Jeux reste ancrée sur un modèle économique traditionnel. En 2014, elle dépendait encore, pour 96,3% de son activité globale, de son réseau physique de 32.700 points de ventes, composé de tabacs ou de kiosques, présents dans 11.500 communes.

L’activité réalisée par Internet ne compte que pour 3,7% des ventes même si elle a progressé de 16,7% l’an dernier, atteignant 410 millions. Cette croissance était portée principalement par les jeux de tirage en ligne, comme via l’offre ParionsWeb.

Un échec dans le poker en ligne

L’entreprise propose aussi des paris sportifs en ligne, depuis la libéralisation du secteur en 2010. Mais, elle a échoué à se diversifier dans les jeux de poker en ligne avec LB Poker, en partenariat avec le groupe Lucien Barrière, dont l’activité a été arrêtée en septembre 2013.

Ses activités numériques, en raison leur contribution marginale au chiffre d’affaires, recèle donc un potentiel de développement naturel et… stratégique.

La nouvelle présidente de l’entreprise, Stéphane Pallez, a identifié le numérique comme un axe prioritaire de développement. "La modernisation de l’organisation commerciale et l’adaptation de l’offre numérique aux attentes de ses clients constituent des enjeux et des opportunités majeures pour l’entreprise" a-t-elle déclaré lors de la publication des résultats 2014.

Le numérique, un canal pour recruter de nouveaux clients

L’Internet présente aussi et surtout, l’intérêt d’être un canal de vente permettant à la Française des jeux d’attirer à elle, de nouveaux clients qui ne déplaceront jamais dans un de ses 32.700 points de vente. L’essor des smartphones connectés à Internet lui offre aussi des opportunités évidentes. L’entreprise publique réalise déjà plus de 20% de ses mises Internet pour le Loto et l’Euro Millions par ce canal et près de 40% des mises en ligne de ParionsWeb.

L’entreprise a d’ores et déjà prévu d'enrichir son offre de jeux proposés en ligne. "Nous allons accentuer le travail sur l’univers du gaming en ligne", explique-t-on au siège de l’entreprise. Soucieuse de ménager son puissant réseau physique de vente, La Française des Jeux devra, comme de nombreuses autres entreprises traditionnelles, accélérer sa transformation numérique, ce qui implique aussi de faire évoluer son organisation interne.

Frédéric Bergé