BFM Business

Record sur le Nasdaq

-

- - LIONEL BONAVENTURE / AFP

Porté par les résultats d'entreprise et les créations d'emploi aux Etats-Unis, la bourse US confirme sa solidité

Wall Street a fini la semaine en hausse, portée par d'importantes créations d'emplois aux Etats-Unis et une baisse du taux de chômage, qui reflètent la bonne santé de l'économie américaine. L'indice Dow Jones a gagné 197,16 points, soit 0,75%, à 26.504,95. Le S&P-500, plus large, a pris 28,12 points, soit 0,96%, à 2.945,64. Le Nasdaq Composite, tiré par Amazon, a avancé de 127,22 points (+1,58%) à 8.164,00 points. Le Nasdaq est à un record de clôture et le S&P en est tout proche.

Sur l'ensemble de la semaine, marquée en outre par des annonces de la Réserve fédérale américaine qui ont douché les espoirs d'une baisse de taux cette année, le Dow a cédé 0,15% alors que le S&P-500 a grignoté 0,19% et le Nasdaq 0,22%, montrant une fois de plus la force du modèle de la tech américaine. Le titre Amazon, par exemple, a gagné 3,24%, Warren Buffett ayant annoncé, selon la chaîne CNBC, que sa société d'investissement Berkshire Hathaway était finalement entré au capital du géant du commerce électronique

Confirmation sur l'emploi

« Nous continuons à assister à une croissance de l'emploi de plus en plus forte et il semble qu'il y ait de moins en moins d'inflation, ce qui est vraiment bizarre. On ne voit pas cela habituellement et cela envoie un signal d'attentisme pour la Fed », dit Jamie Cox chez Harris Financial Group, cité par Reuters, « tant que l'inflation reste sous l'objectif, c'est bon pour le marché. »

Le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré mercredi qu'il n'avait aucun motif sérieux de modifier sa politique monétaire pour le moment et que l'inflation fléchissait en raison de facteurs à caractère ponctuel. L'activité des entreprises reste bien orientée, au total, sur près de 400 sociétés du S&P ayant publié à ce stade, les trois quarts ont annoncé des bénéfices supérieurs aux attentes, selon les données de Refinitiv. Les estimations ont en conséquence été relevé et les bénéfices sont désormais attendus en hausse de presque 1%, après un recul de 2% prévu début avril. Dans l'ensemble, ces statistiques « sont à nouveau une preuve que les Etats-Unis ne sont pas proches de la récession comme beaucoup d'analystes tablaient en fin d'année 2018 », remarquent aussi dans une note les analystes de Mirabaud Securities. Petit bémol toutefois, la croissance de l'activité dans les services aux Etats-Unis a encore ralenti en avril pour s'établir à 55,5%, au plus bas depuis l'été 2017, selon l'indice ISM.