BFM Business

Pour Apple aussi, les diabétiques sont une cible commerciale 

La stratégie santé de Tim Cook, PDG d'Apple, se dessine. Elle repose sur l'AppleWatch qui va devenir un appareil pour diabétique.

La stratégie santé de Tim Cook, PDG d'Apple, se dessine. Elle repose sur l'AppleWatch qui va devenir un appareil pour diabétique. - Josh Edelson - AFP

La stratégie d'Apple dans la santé se précise. Le groupe californien compte intégrer des capteurs optiques dans l'AppleWatch pour mesurer le taux de glycémie des diabétiques.

La stratégie des Gafa [acronyme de Google, Apple, Facebook et Amazon pour désigner les géants américains du Net] ne se limite plus au divertissement musical ou vidéo, au commerce en ligne ou à la mobilité. Alors que Jeff Bezos, patron d’Amazon, et Elon Musk, patron de Tesla, veulent conquérir l’espace, Google et Apple se préparent à devenir des acteurs mondiaux de la santé. Et pour démarrer, les deux groupes veulent faciliter le suivi du diabète.

Selon CNBC, Apple travaillerait en secret sur un projet similaire depuis plusieurs années. L’idée aurait été lancée par Steve Jobs, le cofondateur d’Apple mort en 2011 d’un cancer du pancréas, qui imaginait déjà un appareil connecté capable de mesurer le taux de glycémie afin d’éviter aux diabétiques de se piquer régulièrement le bout des doigts pour obtenir cette information. 

Un capteur optique sur l'AppleWatch

Selon la chaîne de télévision américaine, Apple effectuerait déjà des essais de faisabilité et se travaillerait aussi sur les questions de régulation. Une équipe d’une trentaine de chercheurs se consacrerait à ce sujet. Toujours selon CNBC, elle aurait réussi à mettre au point des capteurs optiques qui devraient équiper une version de l’AppleWatch, afin de mesurer en permanence le taux de glycémie. 

En 2016, Alphabet, maison-mère de Google, a dévoilé une lentille oculaire connectée avec le laboratoire suisse Novartis qui pourrait être lancée en 2020. Le groupe de Mountain View a aussi créé la société Onduo avec le Français Sanofi pour développer des objets connectés destinés aux diabétiques.

Les laboratoires pharmaceutiques intéressés

Apple, comme Google, travaille sur cette maladie pour des raisons commerciales mais aussi pour personnelles. Steve Jobs, comme les deux fondateurs de Google, Larry Page et Sergei Brin, était personnellement touché par le problème. Mais aussi, le diabète est l’un des marchés les plus importants avec, selon l’OMS qui parle de pandémie mondiale, 422 millions de personnes sont touchées dans le monde par cette maladie, soit une personne sur onze. Plus de cinq millions de décès seraient dus directement ou indirectement au diabète. En 2030, l’OMS estime que plus de 590 millions de personnes pourraient être touchées par la maladie.

Pour les grands laboratoires pharmaceutiques, l’arrivée des géants des technologies sur ce terrain n’est pas perçue comme une menace, bien au contraire. En 2015, Sanofi a vu ses ventes dans le diabète reculer de 6,8%, à 7,58 milliards d'euros avec la perte du brevet d'exploitation du "Lantus", au cœur du traitement, qui ne fait plus partie de la liste de médicaments remboursés aux États-Unis depuis août 2016.

En s’associant à un allié puissant comme Google, Sanofi pourrait accéder aux milliards de données santé collectées dans le monde entier pour affiner ses traitements en fonction des pays. Onduo a déjà annoncé qu’elle travaille d’abord sur le diabète de Type 2, celui qui touche principalement les adultes de plus de 40 ans. Elle a aussi indiqué qu’elle travaillera sur le diabète de Type 1 dans un second temps. 

Faire décoller les ventes d'AppleWatch?

Pour l’instant, Apple n’a pas confirmé les informations dévoilées par CNBC et n’a donc donné aucun détail sur le type de diabète sur lequel elle travaillera en priorité. Le groupe n’a pas non plus dévoilé si elle s’est associée avec un laboratoire pour mener ses travaux. Mais les données récupérées avec son AppleWatch pourraient inciter de grands laboratoires à chercher une alliance.

Ce que l’on sait pour l’instant, c’est qu’Apple a signé un accord avec IBM pour que les données soient analysées par l'intelligence artificielle Watson. Le groupe a également fait des acquisitions en 2016 parmi lesquelles Gliimpse, une plateforme de collecte de données qui travaille sur le diabète et le cancer. Il a aussi recruté en 2016 un expert spécialisé dans le droit de la santé. L’été dernier, le quotidien taïwanais Economic Daily News révélait qu’un accessoire de suivi pourrait être lancé dès cette année. 

Les ambitions médicales du groupe californien, dévoilées en 2014 avec le lancement de la base de données HealthKit, pourraient ainsi donner un coup de fouet aux ventes d’AppleWatch. Apple n’a toujours pas donné d’informations sur les ventes, mais selon le cabinet IDC, l’activité s’est effondrée de 71% fin 2016. Les applications santé vont-elles faire de la montre connectée d’Apple un accessoire indispensable à des millions d’utilisateurs? C’était le rêve de Steve Jobs et désormais l’espoir de Tim Cook.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco