BFM Business

Pierre Lescure: "il ne faut pas supprimer Hadopi"

Pierre Lescure doit trouver un compromis dans l'épineux dossier du piratage sur Internet

Pierre Lescure doit trouver un compromis dans l'épineux dossier du piratage sur Internet - -

L'ancien dirigeant de Canal Plus, missionné par le gouvernement, doit élaborer d'ici à mars 2013 un compromis sur le piratage sur Internet.

"Je ne pense pas qu'il faille supprimer Hadopi, mais il faut changer le logo, un certain nombre de choses...". Invité, mardi 4 septembre, du 20h30 de BFM Business, Pierre Lescure a esquissé le compromis auquel il pourrait aboutir. L'ancien patron de Canal Plus a, en effet, été missionné en juillet pour trouver un compromis dans l'épineux dossier de la lutte contre le piratage sur Internet.

Il admet que le président de la Gaumont, Nicolas Seydoux, "a raison" quand il affirme qu'Hadopi a porté un coup d'arrêt au piratage. "Il faut continuer à protéger l'économie de la culture", assure ce vieil ami de François Hollande.

Mais il estime aussi qu'acheter légalement de la musique et des films sur Internet doit être bien plus facile: "l'offre légale n'a pas été encouragée suffisemment. Hadopi ne peut pas être efficace si on ne développe pas énormément l'offre légale. Dans les missions de l'Hadopi, il y avait le développement de cette offre légale, mais on n'a pas vu grand chose...". Il assure que les frères Seydoux (qui dirigent Gaumont et Pathé), mais aussi les dirigeants dUGC, sont d'accord pour améliorer cette offre légale.

En pratique, les films devraient être disponibles sur Internet plus rapidement après leur sortie en salles: "les fenêtres de la chronologie des médias doivent surement être adaptées".

Par ailleurs, il a indiqué que l'autorité de lutte contre le piratage va lui remettre fin septembre un rapport sur ses deux premières années d'activité. Un bilan en partie présenté à la presse ce mercredi. Pierre Lescure veut aussi avoir une approche européenne du problème, via une "concertation" avec la Grande-Bretagne et l'Allemagne, et un "dialogue" avec la Commission.


La coupure des accès Internet supprimée ?

Depuis l'été, Pierre Lescure multiplie les déclarations sur le compromis envisagé. En juillet, lors du festival d'Avignon, il avait affirmé: "la suspension de l'accès internet est un chiffon rouge, mais la réponse graduée doit être affinée et maintenue". Le 31 août, il ajoutait sur l'antenne du Mouv' qu'"il y aura forcément une partie de la réponse qui comportera la légalisation des échanges non marchands".

Au final, si l'on combine les différentes déclarations de Pierre Lescure, on finit par avoir une petite idée du compromis envisagé: la Hadopi va devoir changer de nom et diminuer son budget, mais l'autorité administrative devrait continuer à exister et poursuivrait l’envoi d’emails aux pirates.

En revanche, la coupure des accès Internet des pirates pourrait être supprimée, ce qui en pratique ne changera pas grand-chose, car cette coupure ne concerne potentiellement que très peu de monde. Certes, les socialistes, quand ils étaient dans l'opposition, rejetaient d'avance un tel compromis. Certes, les militants anti-Hadopi hurleront aussi à la trahison des promesses de campagne. Mais un tel compromis devrait être accepté par les industries culturelles. Réponse en mars 2013.

Jamal Henni