BFM Business

Les abonnements mobiles, signe du léger mieux de l'économie espagnole

3 millions d'Espagnols ont renoncé à leur porbale, l'année passée.

3 millions d'Espagnols ont renoncé à leur porbale, l'année passée. - -

La récession dans le pays se poursuit mais à un rythme plus modéré, selon les statistiques publiées ce mardi 30 juillet. Signe de ce léger mieux, les ménages espagnols recommencent à prendre des abonnements pour leur téléphone portable.

La récession frappe toujours mais à un rythme plus modéré. Le PIB a reculé de 0,1% au deuxième trimestre, contre 0,5% au premier trimestre et -0,8% lors des quatre derniers mois de 2012.

Ce chiffre provisoire a été annoncé, ce mardi 30 juillet par l'Insee espagnol. "La reprise est en marche", explique le secrétaire d'Etat à l'Economie, Fernando Jimenez Latorre.

Pour preuve, les Espagnols reprennent un abonnement à un téléphone portable. Ce type d'achat est, en effet, un signe de reprise qui ne trompe pas. En mai dernier, près de 100.000 Espagnols ont repris un forfait, selon les données du régulateur. Le nombre d'utilisateurs de mobiles est remonté après 10 mois de baisse d'affilée.

Les opérateurs mobiles à l'offensive

Les opérateurs virtuels ont cassé les prix pour les attirer, avec des abonnements bon marché, ou en proposant des offres quadruple play à prix bradés.

Ce sont eux qui s'en sortent le mieux. Les opérateurs historiques en revanche ont nettement perdu en parts de marché. Celle de Telefonica, par exemple, est passée de 38% à 35% sur un an.

Son erreur: pour restaurer ses marges, le groupe a arrêté pendant quelques mois de subventionner les smartphones, comme son concurrent britannique Vodafone.

Du pain béni pour Orange

Les deux ont finalement fait marche arrière. C'est la filiale espagnole d'Orange qui en a profité. Le challenger en Espagne a vu son chiffre d'affaires prendre 4% sur le semestre, grâce à ses offres convergentes avec le fixe mais aussi aux nouveaux clients, 770.000 sur le semestre.

Et il en reste à reconquérir. L'an dernier, près de trois millions d'Espagnols ont renoncé à leur portable.

Hélène Cornet