BFM Business

Le rachat de Moneygram par Alibaba bloqué

Alibaba, dirigé par Jack Ma, a finalement renoncé à racheter l'américain Moneygram.

Alibaba, dirigé par Jack Ma, a finalement renoncé à racheter l'américain Moneygram. - JUAN MABROMATA - AFP

Les deux groupes ont annoncé mardi qu'ils renonçaient à leur rapprochement, après le refus des autorités américaines.

Les autorités règlementaires américaines se sont opposées mardi au rachat de MoneyGram, groupe américain spécialisé dans les transferts d'argent, par le chinois Ant Financial, société financière du géant du commerce en ligne Alibaba.

Dans un communiqué commun, les deux groupes ont annoncé qu'ils renonçaient à ce rapprochement de 1,2 milliard de dollars, "faute d'avoir obtenu l'approbation obligatoire du Comité sur les investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS)". Ils ont déploré ce refus "malgré des efforts considérables pour répondre aux préoccupations du Comité".

"L'environnement géopolitique a considérablement changé"

Le rejet de cette opération de fusion entre le groupe américain et celui du magnat chinois Jack Ma est un nouveau signe de l'approche plus dure, en matière commerciale et règlementaire, de l'administration Trump envers la Chine.

"L'environnement géopolitique a considérablement changé depuis que nous avons annoncé la transaction proposée avec Ant Financial il y a près d'un an", a affirmé le directeur général de MoneyGram, Alex Holmes.

Ant Financial est contrôlé par Jack Ma, fondateur d'Alibaba, et exploite des services de paiement sur internet et sur mobile. Il visait à s'étendre internationalement avec le rachat de MoneyGram, société basée à Dallas et spécialisée dans le transfert de fonds à l'étranger. Le groupe américain compte environ 1.300 employés.

Y.D. avec AFP