BFM Business

La ferme connectée s’installe au Salon de l’agriculture

Dans les fermes françaises, il n'est plus rare de voir des drones surveiller les champs ou des robots gérer les étables.

Dans les fermes françaises, il n'est plus rare de voir des drones surveiller les champs ou des robots gérer les étables. - RoboHub

L’agriculture figure parmi les secteurs les plus innovants en matière de nouvelles technologies. La preuve avec ces drones, robots et autres objets connectés présentés au Salon de l’agriculture qui a lieu à Paris du 27 février au 6 mars.

Si dans les villes, les nouvelles technologies servent beaucoup au divertissement, dans les campagnes, elles sont devenues un nouvel allié des éleveurs et des agriculteurs. Très discrètement, ces secteurs se sont tranquillement numérisés pour retrouver de l’efficacité et aussi pour améliorer les conditions de travail de ces professionnels.

Pour cette édition 2016 du Salon de l’agriculture, un stand va attirer la foule, celui de la Ferme Connectée (Pavillon 4, stand B055) inaugurée par l’association "La Ferme Digitale". Pas de vaches virtuelles, ni de céréales numériques, mais des capteurs, des applis, des données et même des systèmes de financement participatif (crowdfunding) au service des agriculteurs et du secteur de l’agroalimentaire. Pour les responsables de cette ferme 2.0, l’idée est de "faire découvrir la ferme du futur aux visiteurs du salon", qu’ils soient professionnels ou non.

Mais au-delà de cette expérience, le numérique est désormais au cœur de l’agriculture sous des formes très futuristes. Les drones deviennent des outils communs pour récolter des données, surveiller les champs ou les troupeaux ou pour gérer les récoltes.

L’un des plus innovants est celui d’Airinov qui grâce à ses caméras et ses capteurs, survole les terres pour analyser les plantations. Après analyse des informations, l’agriculteur saura précisément la quantité d’engrais nécessaire pour chaque parcelle de terrain.

Des tracteurs connectés pour semer et récolter

Les robots sont également très présents. Ces appareils connectés permettent d’effectuer les tâches les plus pénibles sans aucune intervention humaine. Anatis est un robot piloté par smartphone conçu en Vendée. Il assiste les maraîchers en assurant le désherbage ou le binage. Mais surtout, il analyse les données pour établir un rapport de synthèse pour chaque parcelle afin d’anticiper les futures moissons.

Autre innovation de taille, celle de CaseIH et sa technologie V2V (Vehicule to Vehicule). Cette technologie permet à une seule personne de piloter plusieurs engins en synchronisant leur travail. Par exemple, un tracteur et une moissonneuse-batteuse circuleront ensemble sans aucun risque de collision.

Les éleveurs ne sont pas en reste. Les applis pour smartphones développées par le Français Medria donnent en temps réel toutes les informations sur le bétail. Elles détectent le moment précis où les génisses sont en chaleur pour les inséminer. Quand c’est le bon moment, un message est envoyé sur le smartphone de l’éleveur qui pourra peut-être passer de meilleures nuits.

Pascal Samama