BFM Business

La Chine championne du monde des supercalculateurs

Le Curie, le supercalculateur fabriqué par Bull, est aussi gourmand en électricité qu'une ville de 20.000 haibtants.

Le Curie, le supercalculateur fabriqué par Bull, est aussi gourmand en électricité qu'une ville de 20.000 haibtants. - -

Tianhe-2, un supercalculateur chinois, arrive en tête du classement annuel des ordinateurs les plus rapides du monde. Sa puissance : 34 petaflops, c'est-à-dire 34 millions de milliards d'opérations par seconde. Mais c’est un gouffre énergétique.

Pour la deuxième fois, c’est une machine chinoise qui arrive en tête du classement annuel des ordinateurs les plus rapides du monde. Tianhe-2, c’est le nom de la gagnante, est arrivée devant deux machines américaines grace à sa puissance de 34 petaflops, c'est-à-dire 34 millions de milliards d'opérations par seconde.

En fait, la course à la puissance des supercalculateurs n'en finira jamais. Car la frontière est désormais moins technologique qu'énergétique.

Le rêve de l'industrie, c'est l'exaflop. Un milliard de milliard d'opérations par seconde. Seul problème : les réseaux électriques ne supporteraient pas une telle charge. Comme l'explique un expert, il faudrait carrément fabriquer une centrale nucléaire à proximité du supercalculateur. Impensable économiquement.

Aussi gourmand qu'une ville de 20.000 habitants

Il faut imaginer des salles remplies de serveurs qui font tourner des dizaines de milliers de processeurs brûlants, qu'il faut refroidir en permanence.

Prenez le Curie, par exemple, un supercalculateur actuel fabriqué par Bull. Il consomme autant d'énergie qu'une ville de 20.000 habitants. Un ordinateur exaflopique serait 500 fois plus puissant. En clair, il va falloir trouver de nouveaux moyens pour optimiser la consommation de ces monstres de puissance, qui servent aussi bien à réaliser des simulations de cellules du cerveau qu'à définir la forme optimale des chips Pringles.

Anthony Morel