BFM Business

L'éditeur d'Angry Birds mise sur un film pour se remplumer

La direction de l'éditeur d'Angry Birds peut faire la tête comme son célèbre personnage, au vu de ses résultats 2014.

La direction de l'éditeur d'Angry Birds peut faire la tête comme son célèbre personnage, au vu de ses résultats 2014. - AFP Peter Parks

La société Rovio, créatrice du célèbre jeu vidéo Angry Birds, a vu son chiffre d'affaires reculer de 9% en 2014. Elle parie sur un film, qui sortira en 2016, pour rebondir.

Les dirigeants de Rovio, l'éditeur d'Angry Birds, peuvent faire la tête comme l'oiseau de leur célèbre jeu vidéo. La société finlandaise a présenté un net recul de son chiffre d'affaires en 2014.

L'entreprise, qui avait connu un succès fulgurant avec Angry Birds, jeu pour smartphones et tablettes lancé en 2009, peine à trouver des relais de croissance.

A l'automne 2014, Rovio avait décidé la suppression d'un poste sur six mettant fin à l'envolée de ses effectifs.

La société finlandaise est surtout victime de la baisse des ventes des produits dérivés (-43%) inspirés de son jeu à succès. Résultat : le chiffre d'affaires du groupe s'est élevé à 158,3 millions d'euros en 2014, en recul de 9% par rapport à l'année précédente. En revanche, les ventes des jeux et de sa branche média ont eux augmenté respectivement de 16% et 19%.

Rovia a ouvert des parc d'attraction dans plusieurs pays

Pour moins dépendre de son activité de jeux vidéo, Rovio a ouvert des parcs d'attraction dans plusieurs pays et s'est aussi lancé dans l'édition de livres pour enfants, publiés déjà dans des dizaines de langues.

Pour tenter de se relancer, Rovio travaille actuellement à la production d'un film dont ses fameux oiseaux sont les héros. Il devrait sortir sur les écrans en mai 2016. Le groupe a construit son propre studio d'animation et finance entièrement le long-métrage qui sera distribué par le géant de l'électronique japonais Sony. Grâce au film, le Finlandais compte devenir l'une des grandes entreprises mondiales de divertissement.

Le défi : développer une société de divertissement à partir d'un jeu

"Développer une entreprise de divertissement à partir d'une application de jeux peut sembler optimiste, mais ne rien faire et compter seulement sur le jeu est une option trop risquée pour Rovio", a estimé Sotirios Paroutis, expert en nouvelles technologies et professeur à la Warwick Business School, dans un commentaire.

Selon ce spécialiste, même si les tentatives de transformer les jeux vidéos en film se sont souvent soldées par des échecs, "Rovio peut trouver une recette qui gagne particulièrement auprès des plus jeunes et des marchés asiatiques".

F. Bergé avec AFP