BFM Business

Des salariés de Samsung Securities deviennent multimillionnaires grâce à une erreur comptable

La bourde a faillé couté 85 milliards d’euros à Samsung Securities, l’une des filiales du consortium sud-coréen

La bourde a faillé couté 85 milliards d’euros à Samsung Securities, l’une des filiales du consortium sud-coréen - JUNG Yeon-Je / AFP

Au lieu de verser un dividende de 1000 wons soit 0,78 euro, un comptable de Samsung Securities a transféré 1000 actions de la société à 2000 salariés actionnaires, soit l'équivalent de 85 milliards d'euros. Seize d'entre eux ont aussitôt vendus ces titres. Une enquête est lancée pour savoir s'il s'agit d'une erreur, d'un bug ou d'un nouveau genre de cyber-escroquerie.

Une bourde causée par ce qui est présenté comme une faute de frappe a failli coûté 85 milliards d’euros à Samsung Securities, un courtier contrôlé par le conglomérat sud-coréen. Aussi incroyable que cela paraisse, le comptable qui devait verser un dividende de 1000 wons par action détenue par les salariés actionnaires, soit 0,78 euro, a fait une erreur d’écriture. Il a transféré par erreur aux 2000 salariés concernés un millier d'actions de l’entreprise.

En l'espace de quelques minutes, ils sont ainsi devenus multimillionnaires. Il a fallu 37 minutes aux responsables du groupe pour se rendre compte de la bourde et récupérer les titres envoyés par erreur. Sauf que 16 salariés ont vite vendu leurs actions pour empocher 9,3 millions d’euros chacun.

16 salariés ont déjà revendu les actions

Vont-ils conserver cette somme? Pas vraiment sûr. Le FSS, le régulateur financier coréen, a mandaté huit experts pour mener une enquête afin de comprendre comment une telle erreur a pu se produire. Selon la presse coréenne, ils veulent vérifier le système informatique du courtier et le logiciel comptable utilisé. Ils comptent aussi interroger les 16 salariés qui se sont empressés de revendre les actions. En fonction des résultats de l’enquête, le FSS envisagerait des poursuites. Ils devraient rendre leur rapport le 19 avril prochain.

Pour Samsung Securities, l’erreur a d'autres conséquences. Cette distribution a fait chuté le titre de 12% le jour de l'opération, mais surtout, le marché a émis des doutes sur sa fiabilité du groupe financier. Le fonds de pension NPS (National Pension Service) qui gère les retraites des coréens, l’un de ses plus importants clients, a déjà décidé de changer de prestataire. Selon le Korea Herald, d'autres caisses de retraite comme la Korea Teachers Pension, la Korean Teachers 'Credit Union et la Military Mutual Aid Association "lui ont emboîté le pas".

"Cette affaire a révélé un problème sérieux dans les systèmes internes qui ne peut être considéré comme une erreur d'un individu", a déclaré le gouverneur de la Banque centrale en ajoutant qu'il "a fallu 37 minutes entre l'émission de dividendes et la suspension de négociation, ce qui signifie qu'il n'y avait aucun filet de sécurité".

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco