BFM Business

Dailymotion, tout est bien, qui finit pas trop mal

-

- - THOMAS COEX / AFP

Et si l'Etat, dans cette histoire, avait parfaitement joué son rôle, quoi qu'en pensent les libéraux de concours ?

C'est une telle évidence qu'on se demande pourquoi ça a pris tant de temps. Vivendi va donc racheter Dailymotion: Le Monde cite une offre à 250 millions d'euros, pourquoi pas, disons que dans cette affaire, le prix n'était plus vraiment un critère.

Dailymotion, un étrange objet 

Orange traîne Dailymotion comme un boulet. L'alliance pouvait avoir un sens à l'époque où les opérateurs télécoms avaient encore l'idée de produire un jour des contenus. Époque révolue ( on peut capter des exclusivités, et encore... mais c'est bien sur la qualité du réseau que se concentre la bataille). 

Une marque potentiellement mondiale

Dailymotion reste un objet étrange sur lequel les avis divergent. Je me souviens des yeux ronds comme des billes d'un investisseur des premiers jours, à qui je disais que Montebourg avait eu raison de protéger "une techno nationale" : 

-"Mais de quoi tu me parles ?"

-"Ben, je sais pas trop en fait, y a pas de techno dans Dailymotion?"

-"Rien"

-"Ah"

-"Enfin rien de bien méchant, ce sont des serveurs qui tournent en batterie, franchement beaucoup, beaucoup de gens sont capables de faire ça."

-"Ah!"

-"Non, Dailymotion, ce n'est rien qu'une marque!"

-"Ah!"

Je tenais ma revanche. Une marque. Je voudrais qu'on m'en cite une autre. Une seule, marque française de l'Internet de ces 20 dernières années qui ait à peu près un rayonnement mondial?

...

-J'attends (1)

...

-CQFD

J'ai écrit "à peu près un rayonnement mondial", parce qu'il semble qu'aux Etats-Unis le nom de Dailymotion soit à peu près aussi connu que celui de Jean-Vincent Placé. Pour être très franc, j'en sais rien, mais c'est ce qu'on me dit. Or, c'est compliqué de peser dans l'Internet sans représenter quoi que ce soit aux US.

L'État est dans son rôle 

D'où le choix premier d'Orange d'aller vers Yahoo. On va pas refaire le sketch. Montebourg attrape le patron de Yahoo Europe par le col de sa veste (authentique!) et le sort de son bureau. Fin de l'histoire. 

Je l'avais soutenu à l'époque (Montebourg). Et oui! Yahoo faisait n'importe quoi (et continue d'ailleurs) et n'offrait en fait aucune perspective réelle.

Et c'est bien là que ça devenait intéressant sur le rôle de l'Etat actionnaire. S'il est actionnaire d'Orange, et il l'est, l'Etat a un droit légitime de regard sur la stratégie. En l'occurrence, il ne demande pas grand chose, tellement Dailymotion est anecdotique pour l'opérateur de réseau que redevient Orange.

Mais l'Etat est parfaitement fondé à juger que cette marque nationale doit garder un ancrage européen. En faisant cela, il sert ses intérêts d'actionnaire et respecte donc l'épure libérale. J'en ai entendu, à l'époque, des cris d'orfraie. Pourquoi pas. On peut refuser à l'Etat tout rôle dans une entreprise privée. On le peut. Mais c'est de la pure théorie. Dans les faits, ça n'existe nulle part. Nulle part. Et les libéraux de concours qui montent sur leurs poneys (oui, "grands chevaux" faisait un peu déplacé) sont en fait totalement hors de la réalité et du monde.

Dans le monde réel, les États, tous les États, définissent quelques intérêts vitaux et font en sorte de les servir dans le cadre complexe de l'économie de marché. Ce n'est pas toujours simple, je l'admets. Dailymotion rentre-t-elle dans ce cadre? Je n'en sais rien, mais disons qu'il me plaisait à l'époque que mon vieux pays la regarde comme il regarde l'emboutissage industriel ou l'assemblage automobile. Un soupçon de XXIème siècle ne fait pas de mal.

Un épisode politique 

Après, je ne suis pas dupe. L'épisode final est purement politique. C'est bien parce que Montebourg avait refusé la vente aux Américains que Macron est à son tour sorti du bois.

Plusieurs sources me l'ont confirmé: il a été radical, le ministre de l'Économie, le mois dernier, quand il a appris qu'Orange avait trouvé à Hong Kong un acheteur potentiel, en l'occurrence le fils cadet de la première fortune de Chine, Li Ka Ching:

-"Pas question!"

-"Mais..."

-"C'est non! Trouvez autre chose..."

L'évidence Vivendi

Vivendi est-il à ce moment là dans la boucle? Il ne semble pas. Avouez que ça rend tout cela très très intéressant. Car il semble bien que ce soit ce véto de Macron qui ait réveillé Bolloré.

Bon, il avait d'autres dossiers sur le feu le nouveau patron de Vivendi. Mais tout à coup, la solution est devenue évidente: Vivendi n'est plus un concurrent d'Orange depuis qu'il a lâché SFR, avec Universal, il possède en Amérique de quoi largement développer la plate forme, l'Afrique semble aussi une terre de conquête, la musique pourrait apporter une dimension supplémentaire. Accessoirement, ses poches sont pleines et des actionnaires turbulents lui reprochent de ne rien faire de son cash. En voiture Simone!

Oui, mais il a fallu que le ministre dise "Non!". Sans cela Dailymotion s'écrirait en chinois aujourd'hui.

Vous me direz: "Et alors, c'était peut-être une meilleure solution?"

Certes, pour Dailymotion, mais certainement pas pour la France. Dailymotion, seule marque française de l'internet à potentiel mondial reste en France.

Pour le pire, mais sans doute aussi pour le meilleur. En tout cas, l'Etat peut se dire qu'il a joué son rôle. Objectif commun à Montebourg et Macron, c'est dire s'il on peut parler des "intérêts supérieurs de la nation"

(1) à mon avis, vous allez m'en trouver une.

Stéphane Soumier