BFM Business

Cette start-up française permet de rhabiller virtuellement les mannequins à l'infini

Allure Systems estime que sa technologie de mannequin virtuel permet de réaliser une économie de 40% des coûts de production des visuels de mode.

Allure Systems estime que sa technologie de mannequin virtuel permet de réaliser une économie de 40% des coûts de production des visuels de mode. - STR-AFP

Allure Systems a mis au point une technique lui permettant d'habiller virtuellement des mannequins et de produire ainsi des photos de mode à très petit prix. Cette innovation a séduit des investisseurs qui ont accepté de miser 3 millions d'euros pour l'aider à se développer.

Et si l'on se passait de mannequins pour le "shooting" des photos de mode? C'est le pari audacieux d'Allure Systems. Fondée en 2015 à Shanghai par deux entrepreneurs français, cette start-up vient de relocaliser son siège dans l'Hexagone et, dans le même temps, de lever des fonds de 3 millions d’euros auprès des fonds CapHorn Invest et Calao Finance.

Grâce aux logiciels sophistiqués qu'elle a mis au point, elle peut habiller des mannequins virtuels créés à partir de vrais sujets photographiés. Ils sont ensuite rhabillés autant de fois que nécessaire par le truchement de l'informatique pour générer des visuels de mode, sans la lourdeur et le coût propre aux séances de prises de vue, prêts à être mise en ligne sur Internet.

"Ce sont de vrais mannequins à la base, des filles et des garçons que nous virtualisons comme dans les jeux vidéos mais avec un niveau de qualité qui va bien au-delà. Les marques de mode, les distributeurs qui ont besoin de shooter, utilisent nos mannequins virtuels car ils ont besoin de bien plus de photos qu'avant à cause d'Internet et des réseaux sociaux" explique Gabrielle Chou, cofondatrice d'Allure Systems avec Jérémy Chamoux. 

-
- © La technologie brevetée par Allure Systems permet de faire des shooting de mode sans mannequin, à partir de la virtualisation de mannequins réels.

L'économie peut atteindre 30 à 40% par rapport à un shooting classique. "C'est très complexe de faire de la virtualisation de qualité. On ne peut voir à l'oeil nu qu'une photo prise avec notre technologie l'a été avec un mannequin virtuel" explique Gabrielle Chou, sur l'antenne de BFMBusiness.

Outre la virtualisation de l'habillage des mannequins qu'elle propose aux e-commerçants, la start-up a breveté un studio qu'elle installe directement chez ses clients. "Ce studio leur permet de prendre en photo les vêtements que nos algorithmes viennent replacer sur les mannequins virtualisés" soutient la cofondatrice d'Allure Systems.

Une levée de fonds de 3 millions d'euros en France

Fondée en Chine, la start-up a amorcé un recentrage vers l'Europe à l'occasion du tour de table qu'elle vient de boucler.

Pourquoi ce retour au bercail? "Nous travaillons avec des techniques de pointe dans l'imagerie informatique. Les talents français dans ce domaine sont très bons car ils allient la technologie et l'art" explique Gabrielle Chou, cofondatrice sur l'antenne de BFMBusiness.

"Nous aurions pu lever de l'argent en Chine. On a décidé de le faire en France pour être près de nos marchés principaux que sont l'Europe et l'Amérique du Nord" conclut la chef d'entreprise. La start-up travaille déjà pour le compte de La Redoute ou de Showroomprive.com.

Frédéric Bergé