BFM Business

Ce que les fabricants de PC se gardent bien de vous dire

Lenovo a dû juguler le tollé suscité par la découverte d'un logiciel préinstallé sur certains PC qui génère des publicités intrusives et pose des problèmes de sécurité.

Lenovo a dû juguler le tollé suscité par la découverte d'un logiciel préinstallé sur certains PC qui génère des publicités intrusives et pose des problèmes de sécurité. - Joe Raedle - Getty images - AFP

Lenovo a fait son mea culpa à la suite de la découverte d'un logiciel intrusif de publicités installé sur ses ordinateurs grand public. L'industrie du PC y voit une source de revenus, moyennant des partenariats parfois discutables.

Lenovo a dû s'excuser publiquement pour avoir installé un logiciel de la société Superfish qui n'avait rien à faire sur certains de ses micro-ordinateurs grand public."Lenovo explore toutes les mesures possibles pour aider nos utilisateurs à résoudre les problèmes liés à Superfish" a publié ce week-end le constructeur chinois sur son site web. Il a dû s'adjoindre les services et les compétences des éditeurs McAfee et Microsoft pour éradiquer ce logiciel particulièrement intrusif.

Ce programme avait été préinstallé à l'insu des consommateurs sur certaines de ses machines par le constructeur chinois, à la suite d'un accord commercial passé avec l’entreprise américaine Superfish.

Ce logiciel venait s'interposer entre vous et le Web, en insérant des publicités non-désirées. Une sorte de pollution publicitaire permanente dont il est difficile de se débarrasser puisqu'elle est pré-installée. En outre, ce programme posait de sérieux problèmes de sécurité. Particulièrement intrusif, il s'introduisait aussi dans les connexions sécurisées au web, en continuant d'imposer à l'internaute ses publicités non-désirées, alors que celui-ci pensait s'en affranchir.

Toutefois, les micros-ordinateurs portables ThinkPad et les machines destinées aux entreprises n'étaient pas concernés par ce logiciel publicitaire "malfaisant".

Le logiciel, source de revenu pour l'industrie du PC

Cette "affaire" a montré que certains fabricants de PC n'hésitaient pas à nouer des partenariats discutables, au mépris des consommateurs qui achètent leurs machines.

En l'occurrence, l'accord commercial noué par Lenovo avec Superfish avait forcément des visées lucratives. Confrontée à des marges faibles sur le matériel, l'industrie du PC est en quête de revenus supplémentaires que seuls les logiciels installés sur les machines peuvent lui fournir. Un PC semble être devenu porteur d'une collection de programmes informatiques que les industriels ont mis aux enchères au plus offrant.

Déjà, les antivirus que vous trouvez sur votre PC tout neuf, ont un prix que les éditeurs de ces logiciels ont payé au fabricant pour qu'il les installent sur ses millions d'ordinateurs mis en vente.

Lenovo a toutefois poussé le bouchon un peu loin en pactisant avec une entreprise qui utilise une technologie développée par une société israélienne, pouvant mettre en péril la sécurité informatique des PC, à l'insu de leurs utilisateurs. C'est la société Komodia, révèle notre confrère 01net, qui se cache en effet derrière Superfish, le logiciel installé par Lenovo.

L'impact commercial de cette "affaire" sur les ventes de Lenovo pourrait être important. Elle vient alimenter des craintes existantes des utilisateurs sur la surveillance généralisée qui se pratique sur internet.

Frédéric Bergé