BFM Business

Blablacar, une 'licorne", pourquoi?

Le site de covoiturage a levé environ 200 millions de dollars auprès d'investisseurs. Sa valorisation atteindrait désormais 1,4 milliard de dollars.

Le site de covoiturage a levé environ 200 millions de dollars auprès d'investisseurs. Sa valorisation atteindrait désormais 1,4 milliard de dollars. - Kenzo Tribouillard-AFP

En levant 177 millions d'euros, Blablacar entre dans le cercle fermé des "licornes". Ces start-up technologiques à très fort potentiel répondent à plusieurs critères. Explications.

BlaBlacar serait devenue une "licorne", après avoir réussi à lever 200 millions de dollars auprès d’investisseurs. Ce terme utilisé par les médias financiers et économiques désigne, bien entendu, tout autre chose que l'animal mythique bien connu.

Cette dénomination provient directement de la Silicon Valley. Aileen Lee, analyste américaine, l'a utilisée pour la première fois en novembre 2013, pour désigner des firmes technologiques américaines à fort potentiel. Agées de moins de dix années d’existence, elles n'étaient pas légion celles qui étaient valorisées plus d’un milliard de dollars avant d'être cotées en Bourse.

Mais contrairement à la licorne mythique, les entreprises répondant à ces critères sont de moins en moiss rares. Le terme vaut désormais pour les start-up technologiques du monde entier, les mieux valorisées.

En haut de la pyramide, on trouve Uber, le service de VTC californien, évalué à 50 milliards de dollars. Le fabricant chinois de smartphone, Xiaomi, le site web de location d'hébergement AirBnB, ou le service Internet de partage de photos Snapchat, font aussi partie des "licornes" les plus chères, au niveau mondial.

Après Blablacar, bientôt Deezer et Sigfox ?

Après avoir levé 200 millions de dollars, BlaBlacar (ex-covoiturage.fr), refondé en 2006 par Frédéric Mazzella, vaut désormais 1,6 milliard de dollars (1,4 milliard d’euros). Son marché est planétaire et le besoin qu'elle satisfait universel (le transport de personnes).

Elle rejoint le cercle fermé des "licornes " françaises dans lequel on range habituellement Criteo et vente-privée.com, bien qu'elles n'en aient plus vraiment les attributs .

La première est la pépite française du ciblage de la publicité sur Internet, créée en 2005. Déjà côtée au Nasdaq à New-York, elle est valorisée plus de 2,35 milliards de dollars. Agée de 14 ans, vente-privée.com n'est pas cotée mais reste le numéro un des sites indépendants et dédiés à l'e-commerce en France avec son 1,7 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2014.

Outre Blablacar, au moins deux start-up françaises les plus en vues sont susceptibles de devenir à leur tour une licorne valorisée un milliard de dollars avant leur cotation en bourse. Deezer est actif dans le streaming de musique et Sigfox, devenu le spécialiste des réseaux cellulaires pour objets connectés, a levé 100 millions d'euros début 2015.

Frédéric Bergé