BFM Business

Avions supersoniques : les successeurs du Concorde (presque) prêts à décoller

-

- - Boom

Le Concorde fête ses 50 ans ce samedi. Le 2 mars 1969, le célèbre avion supersonique effectuait son premier vol d’essai. Quinze ans après l'arrêt du programme en octobre 2003, plusieurs projets espèrent relancer les vols commerciaux supersoniques, principalement aux Etats-Unis.

La bataille pour la succession du Concorde est lancée. Aux États-Unis, la start-up Boom développe depuis plusieurs années l'Overture, un prototype d'aéronef pouvant atteindre une vitesse de 2700 km/h. C'est deux fois et demi plus rapide que les avions de ligne actuels.

La start-up ambitionne de ressusciter les vols commerciaux à haute vitesse. Sa promesse : un trajet Paris-New York en moins de trois heures et demie. Début janvier, L’entreprise a levé 100 millions de dollars (87 millions d’euros) pour financer la production d’un premier prototype. Elle espère commercialiser ses premiers appareils dès 2023.

Boeing dans la course

Le géant Boeing est également sur les rangs. L’avionneur américain a imaginé un concept d'avion qui promet des pointes à Mach 5, soit une vitesse de plus de 6100 km/h. Ce projet reste pour l’heure à l’état de concept et ne devrait pas voir le jour avant vingt ou trente ans.

Par ailleurs, Boeing a réalisé le 5 février dernier un « investissement significatif » dans Aerion, un autre constructeur d’avions supersoniques. Le groupe de Seattle fournira des « services d’ingénierie, de production et de tests de vols » pour l’AS2, le prototype d’Aerion. L’entreprise aspire à ce que son avion soit le premier jet d’affaires supersonique lancé sur le marché. Là encore, la commercialisation est prévue pour 2023.

Des doutes sur la rentabilité

Plusieurs doutes subsistent quant à l'intérêt économique de ces tentatives. En cause notamment, les coûts de production élevés des appareils et leur capacité de passagers souvent limitée. Par exemple, l’Overture de Boom ne pourra transporter que 55 passagers, contre une centaine sur le Concorde. 

Autre problème, les nuisances sonores générées par le fameux « bang » supersonique. Un rapport de l’ONG américaine ICCT (International Council on Clean Transportation) publié en juillet 2018 estime que le retour des avions supersoniques pourrait avoir un impact important. Selon l’ONG, les zones les plus survolées pourraient être particulièrement touchées par les nuisances et subir un « bang » toutes les cinq minutes.

Mais ces craintes n'arrêtent pas les industriels pour autant. En avril dernier, la Nasa a signé un accord avec Lockheed Martin pour créer un avion plus silencieux. Un contrat à 247,5 millions de dollars pour développer le X-59 QueSST qui sera testé au-dessus de plusieurs villes américaines dès 2023. Il devrait produire bruit similaire au claquement d'une portière de voiture.

Par Raphaël COUDERC