BFM Business

Au CES, on découvre des robots farfelus et souvent encore très chers

VIDÉO - De Sony à LG en passant par de petites start-up, les robots sont les stars du CES cette année. Les consommateurs vont-ils se ruer dessus? Rien n'est moins sûr.

Le CES de Las Vegas nous prépare-t-il un futur à la Star Wars? Sur le salon high-tech qui se tient actuellement aux Etats-Unis, si on ne croise pas de C3PO ou de BB8 on y voit déjà leurs ancêtres. Et ils sont nombreux. Que ce soit les géants de l'industrie de l'électronique, les start-up ou même des artistes, tous imaginent un avenir très robotisé dans lequel les machines dotées d'intelligence artificielle cohabiteront avec les humains. 

Mais ce n'est peut-être pas pour tout de suite. Car pour le moment si les robots sont de formidables attractions pour les stands (le chien robot de Sony a éclipsé ses autres innovations), ils n'emballent pas les enseignes de distribution, première cible de ce salon professionnel. Leurs acheteurs, venus ici pour découvrir les nouveautés et éventuellement passer commande, ne se pressent pas pour en garnir leurs rayons. "C'est sympa à voir comme ça mais hormis les jouets pour enfants, le robot est loin d'être un produit mass market", explique un distributeur rencontré au CES. Comprendre: son potentiel commercial reste limité.

Intérêt anecdotique, trop cher, pas toujours efficace ou fonctionnel... Le robot n'est peut-être pas le must have tant attendu. Passage en revue de quatre machines vu au CES.

Des robots de pole dance

-
- © BFM Business

Ils se dandinent autour d'une barre de manière très réaliste avec leur talons haut et leur tête d'écran. Conçu par un artiste britannique à partir de pièces recyclées de voitures et de mannequins en plastique, ces robots sont destinés au club de striptease Sapphire Gentleman's Club dont ils ont constitué l'attraction phare au moment des fêtes de fin d'année. Mais pour leur concepteur il s'agissait d'un clin d'oeil et il ne pense d'ailleurs pas que les robots remplacent un jour les êtres humains dans les spectacles de voyeurisme.

Chez LG, un robot multitâche à l'intelligence trop artificielle?

-
- © BFM Business

C'était une des principales attractions sur le stand du coréen LG. Le robot CLOi est une sorte d'assistant personnel multifonction doté d'un écran en forme de tête. Capable de contrôler un robot aspirateur, de vous conseiller sur un cycle de lavage ou sur une recette à préparer avec les ingrédients du réfrigérateur, le robot se veut le lien entre les membres de la famille et leurs différentes machines connectées. Petit problème pour le fabricant coréen: son robot a connu un gros couac lors de sa présentation au cours de la keynote du constructeur. CLOi s'est retrouvé muet passé la première question. Pas très bon pour l'image.

Le nouveau robot chien de Sony très mignon et très cher

-
- © BFL Business

Sony était un des premiers fabricants à proposer un robot dans les années 2000. Baptisé Aibo, son petit robot chien avait vu sa production stopper en 2006 par manque de succès (45.000 exemplaires vendus en quelques années). Nouvel essai cette année avec un nouveau modèle de Aibo plus sophistiqué que le premier modèle. Doté de gyroscopes, d'accéléromètres, de capteurs tactiles, de caméras et de haut-parleurs, le nouveau robot chien peut être contrôlé via un smartphone.

Grâce à un nouveau système d'intelligence artificielle le robot -très mignon il faut le reconnaître- pourra s'améliorer en accumulant le savoir de ses congénères stockés dans le cloud. Cependant hormis quelques mimiques sympathiques, Aibo ne sert pas à grand chose et sera tout de même proposé pour la bagatelle de 1500 euros (uniquement au Japon pour commencer).

Un robot garde chien made in France

-
- © BFM Business

Et les Français dans tout ça? Ils ne sont pas en reste. en témoigne ce petit robot garde chien développé par la start-up parisienne CamToy. Doté d'une intelligence artificielle, Laïka occupera votre fidèle compagnon quand vous êtes absents. Il peut se déplacer, repérer votre animal grâce à un collier connecté, parler, filmer et même distribuer une petite friandise le cas échéant. Développer avec une application, Laïka peut communiquer avec vous à distance grâce à votre smartphone. Un gadget amusant, mais aussi un peu cher. Comptez 500 euros (300 euros si vous le commander via la plateforme de financement participatif IndieGogo). À ce prix-là, Il faut vraiment aimer son chien.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco