BFM Business

Apple réfléchit à l'iPhone "made in USA", le fantasme de Trump

Apple peut-il vraiment réaliser le fantasme de Donald Trump en produisant les iPhone aux États-Unis?

Apple peut-il vraiment réaliser le fantasme de Donald Trump en produisant les iPhone aux États-Unis? - Jim Watson - AFP

Apple aurait demandé à ses fournisseurs asiatiques d’évaluer le coût d’un rapatriement aux États-Unis des usines de production de l’iPhone. Un souhait formulé pendant la campagne par Donald Trump qui, pour Apple, pourrait être un pari plus que risqué.

Pour l’instant, rien n’a été officiellement confirmé par aucune des sociétés concernées, mais selon le quotidien Nikkei, le PDG d'Apple Tim Cook aurait demandé aux deux assembleurs d’iPhone, Foxconn et Pegatron, d’évaluer le coût pour implanter sur le territoire américain les usines de production du smartphone. 

Le quotidien asiatique tient cette information d’une "source" qui précise même que Foxconn a déjà fait des simulations pour savoir si l’opération était viable. Apple pèserait 50% du chiffre d’affaires de cet assembleur dont le nom a été associé aux conditions de travail impitoyables qu’il imposait à ses salariés. Pegatron aurait de son côté, toujours selon la source de Nikkei, "refusé un tel plan pour des raisons de coûts". 

Le "made in USA" pourrait coûter cher à Apple

Selon la source de Nikkei, le coût de production de ces iPhone "made in USA" pourrait "plus que doubler". Un gros coup dur pour les assembleurs, mais aussi pour Apple dont les marges pourraient s’effondrer, à moins de doubler le prix des appareils, ce qui serait suicidaire face à la concurrence asiatique.

Selon le cabinet IHS, un iPhone 7 en 32 Go vendu 649 dollars (sans subvention) coûte 225 dollars à produire. En y ajoutant les autres frais (marketing, packaging, logistique...), Apple arrive à dégager une marge d’environ 40%. Impossible d’arriver à un modèle aussi fructueux avec un iPhone "made in USA". Si le coût de production atteint les 500 dollars, Apple devra donc le vendre plus de 1.000 dollars pour conserver ses marges actuelles, même si les humains sont remplacés par des robots. Les clients américains accepteront-ils ce geste patriotique?

D’autant que pour obtenir ce label, l’assemblage sur le territoire des États-Unis pourrait ne pas suffire. Donald Trump pourrait aussi réclamer, comme l’indique Nikkei, que l’iPhone soit doté de composants américains, ce qui, si c’est techniquement possible, risque de faire exploser encore plus le coût de l'appareil.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco