BFM Business

Apple : quand la Chine menace...

-

- - Emmanuel DUNAND / AFP

Apple devra faire face cette année à une série de menaces en Chine.

C’est une première depuis le lancement de l’iPhone en 2007. La société doit revoir ses objectifs à la baisse, une annonce qui a accéléré la chute de l’action cette semaine à Wall Street. Principale cause de ce dérapage, la baisse de la demande chinoise. "Même si nous anticipions des difficultés dans des marchés émergents importants, nous n’avons pas mesuré l’ampleur de la décélération économique, surtout en Grande Chine”, a concédé Tim Cook à des investisseurs.

Un véritable défi à venir donc pour Apple qui va devoir faire face à une série de menaces en Chine dans les prochains mois. Un pays important pour la marque, non seulement pour ses ventes, mais aussi parce qu’elle y fabrique l’essentiel de ses produits exportés dans le monde entier

De multiples raisons expliquent la perte de vitesse d'Apple sur le marché chinois. D'abord le groupe souffre du prix élevé de ses smartphones, d’autant plus que des concurrents comme Huawei proposent désormais une technologie comparable mais nettement plus abordable, estiment les analystes. La société américaine est également victime d’une montée du sentiment patriotique chinois, exacerbé par la guerre commerciale que se livrent Pékin et Washington.

L’arrestation le mois dernier au Canada de Meng Wanzhou, la directrice financière de son concurrent chinois Huawei Technologies, à la demande des Etats-Unis, n’a pas arrangé la situation. L’affaire suscite une forte émotion en Chine, les consommateurs se détournant des produits Apple.

Chez Huawei, la tension est telle que deux employés du groupe ont vu leur salaire baisser cette semaine à cause de tweets envoyés depuis un iPhone. Le compte officiel de l’entreprise qui envoie ses vœux depuis un appareil de la concurrence, l'incident est mal passé auprès de la direction qui estime que cette erreur a causé «des dommages à l'image de marque Huawei». D'autres entreprises du pays dissuadent leurs salariés d'utiliser la marque américaine ou vont jusqu’à subventionner l'achat de marques nationales.

Autre menace, une injonction préliminaire d’un tribunal chinois qui pourrait déboucher sur l’interdiction de la vente en Chine des modèles d’iPhone les plus récents, du 6S au X, dans le cadre de la bataille judiciaire qui oppose Apple à Qualcomm. Apple est suspectée d’avoir violée les brevets du fabricant de puces. Des avocats spécialisés dans la propriété intellectuelle estiment toutefois que cette interdiction mettra un certain temps avant d’être appliquée. Qualcomm a déjà gagné un procès en Allemagne où les derniers iPhone sont désormais interdits à la vente.

“Les temps sont durs pour Apple en Chine”, résume Neil Shah, directeur de recherche chez Counterpoint, qui prévient que la part de marché de l’iPhone en Chine pourrait tomber à 7% cette année en raison d’une concurrence de plus en plus féroce. La part de marché d’Apple en Chine a chuté à 9% fin 2018, contre plus de 14% en 2015, au profit de compétiteurs locaux comme Huawei, Oppo et Vivo.

Autre source d’inquiétude pour Apple: le déploiement du réseau 5G en Chine. Le groupe américain ne devrait pas offrir de smartphone 5G dans le pays avant 2020. Problème: ses principaux concurrents, Huawei, Xiaomi ou Samsung Electronics, auraient pris de l’avance sur cette technologie et devraient arriver sur le marché avant la firme américaine. 

Sandrine Serais