BFM Business

Apple poursuit son opération séduction vis-à-vis de la Chine

La région chinoise (Chine continentale, Macao, Hong Kong et Taïwan) représente le deuxième plus gros marché du fabricant américain après les États-Unis.

La région chinoise (Chine continentale, Macao, Hong Kong et Taïwan) représente le deuxième plus gros marché du fabricant américain après les États-Unis. - Isaac Lawrence-AFP

Deux mois après l'annonce d'un premier centre en Chine, Apple ouvrira son deuxième site de recherche et développement, soucieux de renforcer sa présence directe sur ce marché crucial pour ses ventes.

Ce n'est pas un seul mais deux centres de recherche et développement qu'Apple a prévu d'installer en Chine. Ce deuxième site sera implanté en 2017 à Shenzhen, la très dynamique métropole du sud située près de Hong Kong, où se trouvent déjà de nombreuses sociétés technologiques. La marque à la pomme avait déjà annoncé en août 2016 l'ouverture prochaine d'un premier centre similaire à Pékin, qui doit être construit d'ici la fin de l'année.

En renforçant sa présence en Chine, Apple peut aussi espérer soigner son statut d'employeur dans la région (Chine continentale, Macao, Hong Kong et Taïwan), qui représente son deuxième plus gros marché après les États-Unis. Mais le groupe californien voit ses parts de marché s'effriter en Chine face aux concurrents locaux, dont le géant Huawei, mais aussi les nouveaux venus Vivo et Oppo, ainsi que Xiaomi, tous devant Apple en termes de ventes de smartphones lors du premier semestre 2016.

En outre, Apple a souffert du contexte chinois particulier en matière de protection de la propriété intellectuelle. Apple a perdu son procès en propriété intellectuelle au profit d'un maroquinier chinois qui pourra continuer à vendre ses produits frappés du nom IPHONE. Ce fut une tuile de plus pour la firme en Chine, où ses services en ligne iTunes Movies et iBook sont bloqués par les autorités de Pékin. 

Soucieux de regagner le terrain perdu et d'afficher sa priorité accordée au marché chinois, Apple y avait déjà étendu, début 2016, son service de paiement par smartphone Apple Pay, en partenariat avec China UnionPay, l'équivalent local de Visa ou de Mastercard.

Frédéric Bergé avec AFP