BFM Business

Airbus présente un drone imprimé en 3D

Thor pèse 21 kg et fait 4 m de long.

Thor pèse 21 kg et fait 4 m de long. - Airbus Group

"Véritable prouesse technologique, ce mini-avion pourrait symboliser le futur de l’industrie aéronautique, en réduisant le coût et le temps de fabrication des appareils."

Les avions seront-ils bientôt imprimés entièrement en 3D? Rien n’est moins sûr à court terme, mais l’intérêt croissant d’Airbus pour cette technologie pourrait être un indice. L’avionneur européen a en effet présenté la semaine dernière un drone, baptisé Thor (pour Test of high tech objectives in reality), dont seuls les composants électriques ont été fabriqués de manière "traditionnelle".

Ce "mini-avion" de 4 mètres de long et 21 kilos a pu être construit grâce à une nouvelle génération d’imprimantes, plus larges, ce qui permet de simplifier et d’accélérer le processus de fabrication - Thor a en effet été construit en moins de 4 semaines.

Mais aussi de réduire drastiquement sa facture: l’engin n’aurait ainsi coûté que 25.000 euros à produire.

Révolution à venir dans le secteur? 

Dernier avantage, et non des moindres: la possibilité de changer une pièce abîmée en un temps record.

Un premier vol d’essai a déjà été effectué avec succès par les équipes d’Airbus, qui multiplieront les tests au cours de l’année.

À grande échelle, l’utilisation des imprimantes 3D dans l’aviation pourrait révolutionner le secteur. Certaines pièces pourraient ainsi être directement fabriquées dans les aéroports, tandis que l’idée de voir des avions entièrement construits à partir de technologies additives commence à faire son chemin.

L’industrie spatiale pourrait également en profiter, notamment pour la fabrication de certaines pièces d’Ariane 6, le projet de lanceur de moyenne à forte puissance développé par l’agence spatiale européenne.

Y.D.