BFM Business

À l'âge de 6 ans, il a déjà gagné 9 millions d'euros grâce à YouTube

-

- - YouTube

Âgé d'à peine 6 ans, cet Américain est devenu en deux ans une star sur internet avec ses vidéos YouTube où il déballe des jouets. Sa chaîne est l'une des plus lucratives au monde avec 11 millions de dollars de revenus en 2017.

C'est une espèce de Jordy (le bébé chanteur des années 90), mais puissance 10. À 6 ans, le jeune Ryan est une super star mondiale de YouTube et a empoché sur l'année écoulée quelque 11 millions de dollars (9 millions d'euros) selon Forbes. Ce qui fait de lui le 8ème youtubeur le mieux payé de la planète en 2017.

Créée début 2015, sa chaîne YouTube qui comprend déjà plus de 800 vidéos cumule à ce jour à près de 17 milliards de vues pour 10,2 millions d'abonnés. Le principe de Ryan ToysReview est très simple: le jeune garçon est filmé en train de déballer des jouets et de s'amuser avec. Et ses parents qui tiennent à garder l'anonymat assurent que c'est l'enfant qui a eu l'initiative de cette chaîne YouTube. "Un jour, il nous a demandé: 'pourquoi je ne suis pas sur YouTube alors que tous les autres enfants y sont?', explique sa mère au site TubeFilter. On s'est dit 'pourquoi pas' et on l'a amené au magasin pour qu'il prenne son premier jouet -je crois que c'était un train Lego- et tout est parti de là".

800 millions de vues pour patauger au milieu des jouets

Et si le thème des jouets connaît un succès croissant sur YouTube depuis 2013 (20 des 100 plus grosses chaînes YouTube leur sont consacrées), les vidéos de Ryan rencontrent un succès sans précédent. Car à la différence des autres vidéos du genre, celles de Ryan ne montrent pas que des déballages de jouets (les unboxing comme on dit sur le web) mais sont un mélange de tranches de vie, de pitreries et de "tests" de produits qui durent une dizaine de minutes. Dans sa vidéo la plus populaire à ce jour (plus de 800 millions de vues), on voit Ryan passer d'un jouet à l'autre, s'amusant quelques secondes avec chacun d'eux avant de patauger au milieu de tous ces petits bouts de plastique.

Une exubérance consumériste exploitée de manière très intelligente par les parents. Dans chaque vidéo, l'enfant cite de nombreuses marques de jouets dont les noms apparaissent d'ailleurs dans les titres de la vidéo pour qu'elle soit bien référencée sur le moteur de recherche de YouTube. 

Et mine de rien, en quelques mois, le jeune Américain est devenu une des personnes les plus puissantes du monde du jouet. "Si un produit obtient 10 ou 20 millions de vues et qu'on voit que Ryan l'adore, cela a un impact énorme sur les ventes dans le commerce", assure Jim Silver, le responsable du site de tests de jouets TTPM à The Verge. Une pub subliminale très efficace même si la famille de Ryan se défend d'en faire. Le père de l'enfant assure que c'est la famille qui achète tous les jouets. Et lorsque ce sont les marques qui en envoient à la famille, la vidéo en fait mention comme sur celle-ci, sponsorisée par la chaîne de magasins Walmart. En clair, une aubaine pour les marques de jouets qui n'ont jamais auparavant bénéficié d'une telle exposition pour un coût quasiment nul. 

Au-delà de la pub, on peut aussi s'interroger comme souvent avec les enfants stars sur l'exploitation qu'en font les parents. Car sur la chaîne Ryan ToysReview, c'est une nouvelle vidéo qui est postée chaque jour. Parfois, Ryan est en vacances à Disneyland, d'autres fois il est chez le coiffeur, quand il n'est pas malade. La vie de Ryan s'apparente parfois à celle de Jim Carey dans le Truman Show. Pourtant, ses parents assurent qu'ils respectent les décisions de l'enfant. La mère précise que les vidéos sont tournées par sessions de deux ou trois durant le week-end et que ça n'empiète pas sur le temps scolaire. "Pour le moment il adore faire des vidéos et à chaque fois qu'on lui demande s'il veut en faire une il est super excité, explique-t-elle à TubeFilter. Quand il ne prendra plus de plaisir à en faire, il sera temps d'arrêter". Avec des revenus de plus de 10 millions de dollars par an, il ne sera sans doute pas facile de tuer la poule aux oeufs d'or.

-
- © Statista
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco