BFM Business

Pourquoi les entreprises françaises n'exportent pas assez

"Les excellents sous-traitants qui alimentent l’aéronautique française n’exportent pas assez car le marché local leur suffit" déplore Jean-Claude Volot, PDG de Dedienne Aerospace.

"Les excellents sous-traitants qui alimentent l’aéronautique française n’exportent pas assez car le marché local leur suffit" déplore Jean-Claude Volot, PDG de Dedienne Aerospace. - BFMBusiness

Pour Jean-Claude Volot, PDG de Dedienne Aerospace, les entreprises françaises sont trop timorées à l'export. Une timidité historique, le marché français ayant longtemps été auto-suffisant en raison de sa taille. Mais la jeune génération d'entrepreneurs est plus tournée vers l'international.

Alors que la France a accusé en 2016 un déficit commercial record de 48,1 milliards d’euros, se pose à nouveau la question de la faiblesse chronique à l’export des entreprises françaises. Premier constat: quantitativement, leur nombre reste notoirement insuffisant, par rapport aux autres pays européens comparables.

"Le nombre des entreprises véritablement exportatrices en France se situe à 105.000 – 107.000. En Italie ou au Royaume-Uni, qui sont de la même taille que notre pays, ce nombre est de 200.000 et en Allemagne de 300.000. Le premier mal français se situe dans ces statistiques" explique Jean-Claude Volot, invité sur l’antenne de BFM Business.

3.500 entreprises ont les capacités d’exporter, mais ne le font pas

Le PDG de Dedienne Aerospace, dont l’entreprise est spécialisée dans l’outillage pour la maintenance aéronautique, a eu l’occasion de se pencher sur la problématique de l’exportation au titre de ses fonctions au Medef. Son constat est sévère sur la timidité de nombre d’entreprises vis-à-vis de l’international.

"Lorsque j’étais en charge des questions d’internationalisation des entreprises au Medef, j’ai voulu savoir, grâce aux statistiques de l’Insee et des Douanes, quelles étaient les entreprises ayant les capacités d’exporter mais qui n’exportaient pas. Résultat: parmi les entreprises de 100 à 1.000 salariés, 3.500 entreprises avaient des produits et des services exportables mais ne le faisaient pas. C’est considérable!" s’exclame le chef d’entreprise.

Lire la suite sur plusgrandplusfort.fr (édité par BFMBusiness)

Frédéric Bergé