BFM Business
Industries

Qui est Wally Funk, la personne la plus âgée à aller dans l'espace?

Aviatrice de formation, elle embarque dans la fusée de Jeff Bezos, 60 ans après s'être entrainée pour partir dans l'espace. Une belle reconnaissance pour celle qui devient la personne la plus âgée à s'envoler en orbite.

Une leçon de persévérance! 60 ans plus tard, Wally Funk rattrape son retard. Blue Origin, la compagnie spatiale de Jeff Bezos avait annoncé début juillet que cette vénérable octogénaire accompagnait le milliardaire, son frère et un invité mystère, pour le voyage vers l'espace prévu ce mardi.

Une façon de rattraper l'Histoire pour celle qui se tient prête à embarquer depuis le début de la conquête spatiale. Car Wally Funk n'est pas une inconnue. Au début des années 1960, cette jeune aviatrice intègre un groupe 100% féminin de préparation au vol spatial. Sur les 25 femmes retenues, seules treize résisteront aux infernaux tests psychologiques et physiques. Le premier groupe d'astronautes masculins était baptisé Mercury 7. Son pendant féminin s'appellera donc Mercury 13!

La fin des années 1950 n'est pourtant pas encore l'heure de l'égalité des sexes. L'agence spatiale américaine, la NASA, soutient de loin ce projet de William Randolph Lovelace, un médecin de l'armée de l'air impliqué dans le programme spatial. Sa première recrue, Jerrie Cobb, prend la pose en jupe, talons et colliers de perles. La jeune femme de 28 ans est pourtant une As de la voltige et enseignait déjà le pilotage à 19 ans.

Jerrie Cobb, première à intégrer Mercury 13
Jerrie Cobb, première à intégrer Mercury 13 © NASA

Elle sera la pionnière. Ses résultats aux tests seront d'ailleurs identiques à ceux de Mercury 7… tout en utilisant moins d'oxygène qu'un homme.

Jerrie Cobb fera alors la couverture du magazine Life. En Oklahoma, Wally Funk est saisie par l'image et les perspectives spatiales. "A l'époque, je ne savais même pas ce que signifiait le mot 'astronaute'" racontait l'aviatrice en 1999. "Mais je savais que c'était pour moi. Je voulais me lancer dans l'exploration."

Une insouciante qui plaide en sa faveur. "Je n'avais aucune idée préconçue de ce qui allait se passer" explique-t-elle. Pas d'appréhension pour des tests qui ont laissé quelques marques dont le fameux "Gimbal Ring", une machine de torture qui tourne comme un manège souvent jusqu'à la perte de connaissance. Les Treize parviennent à maitriser l'engin, à résister aux chocs électriques, à l'eau glacée censée paralyser leur oreille interne…

Jerrie Cobb aux prises avec le "Gimbal Ring" de la NASA
Jerrie Cobb aux prises avec le "Gimbal Ring" de la NASA © Nasa

Mais l'affaire s'arrêtera là, brutalement. Alors que l'URSS envoie la première femme dans l'espace, Valentina Terechkova, en 1963, les Américains attendront le début des années 1980 pour rattraper leur retard avec Sally Ride, chargée des communications avec la Terre. Mais pour tenir le premier rôle, il faudra encore attendre.

"Un chien l'a fait. Un singe l'a fait. L'homme l'a fait. La femme peut le faire. Nous avons dû attendre une trentaine d'années qu'Eileen le fasse, nous le montre" déplore Wally Funk.

Eileen Collins sera la première femme à piloter une navette spatiale en 1995.

Pied de nez à John Glenn

En parallèle, Wally Funk n'a pas abandonné son rêve. Quatre fois, elle postulera à la Nasa, quatre fois on lui fermera le porte faute d'avoir un diplôme d'ingénieur. Elle deviendra néanmoins la première femme inspecteur de la sécurité à la Federal Aviation Administration.

Mais sans jamais quitter son rêve des yeux, surtout lorsque Elon Musk avec SpaceX, Richard Branson avec Virgin Galactic et Jeff Bezos avec Blue Origin se lancent dans la course à l'espace. C'est donc ce dernier qui lui offrira le ticket gagnant. Une bonne opération de communication pour le milliardaire mal aimé et une sacrée revanche pour Wally Funk.

Elle devient, ce 20 juillet, la personne la plus âgée à s'envoler dans l'espace, devant John Glenn, premier Américain à effectuer un vol orbital en 1962, et qui s'offrit un dernier tour en 1998 à l'âge de 77 ans.

A son premier retour sur Terre, ce héros américain avait scellé le sort de Mercury 13, assurant devant le Congrès américain, que les femmes devaient rester loin de l'espace. Question "d'ordre social". Aujourd'hui, John Glenn est mort et Wally Funk clôt le chapitre d'une vie.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business