BFM Business

Pour le PDG de Saint-Gobain, "la France va mieux que ses voisins"

L'économie française est dans une dynamique positive, assure Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain, qui note tout de même l'impact indirect des tensions commerciales sur l'activité du groupe.

Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain, était l'invité de l'émission 12H L'heure H sur BFM Business. Le patron du groupe de matériaux de construction est notamment revenu sur la conjoncture économique française et les conséquences des tensions commerciales à l'échelle mondiale.

"La France, aujourd'hui, va mieux que ses voisins. Parce que, d'abord, il y a une politique de relance budgétaire cette année, parce que les efforts qui ont été faits par le gouvernement sur les entreprises payent un peu, (parce) qu'on a des réformes de structures qui ont redonné le moral aux chefs d'entreprises. Ce qui me paraît le plus important (…) ce sont toutes les PME du secteur du bâtiment qui (…) ont plus le moral, se sont remis à embaucher (…). Tout ça c'est positif. Simplement, la France n'est pas isolée et donc elle est dans un environnement international qui va moins bien et on va quand même avoir des conséquences en France", souligne Pierre-André de Chalendar, évoquant notamment le ralentissement économique allemand.

Impact indirect de la guerre commerciale

Les tensions commerciales n'ont qu'un impact indirect sur l'activité de Saint-Gobain, assure son dirigeant, car "plus de 90% de ce que fabrique Saint-Gobain dans un pays est vendu dans ce pays". La bataille par droits de douane interposés entre les Etats-Unis et la Chine, "c'est quelques dizaines de millions d'euros de chiffre d'affaires de Saint-Gobain touché", "ce n'est pas important". Par contre, le ralentissement de la conjoncture en Allemagne, en Chine ou aux Etats-Unis "a des conséquences sur nos métiers industriels (…), moins sur notre activité de construction", poursuit Pierre-André de Chalendar, prévoyant "des marchés un peu moins porteurs" mais une dynamique "qui reste positive" pour la fin de l'année.

J. B.