BFM Business

Les syndicats de General Electric veulent un nouvel accord sur l'emploi

Les syndicats estiment que le nombre d'emplois créés depuis la cession ne correspond pas à celui promis. (image d'illustration)

Les syndicats estiment que le nombre d'emplois créés depuis la cession ne correspond pas à celui promis. (image d'illustration) - Loïc Venance - AFP

Trois syndicats de General Electric réclament un nouvel accord entre l'État et le conglomérat américain sur la création d'emplois en France

L'intersyndicale CFE-CGC, CFDT, Sud a rédigé une "demande de signature d'un nouvel accord entre GE, l'Etat et les organisations syndicales", une "seconde chance à donner" au groupe américain pour "respecter ses engagements", selon un texte consulté par l'AFP. 

Ce document a été remis aux membres de la commission d'enquête parlementaire sur la politique industrielle de l'État constituée à la suite de la vente de plusieurs fleurons français à des groupes étrangers, dont la branche énergie d'Alstom à General Electric en 2014.

Cette cession s'était accompagnée d'un accord, signé le 4 novembre 2014, sur la création de 1.000 emplois en France dans un délai de quatre ans. L'objectif ne sera pas atteint, quelles que soient les différentes comptabilisations, ont dénoncé les syndicats, qui font état "au mieux" d'un solde "légèrement positif" entre créations et suppressions d'emplois.

A.M. avec AFP