BFM Business

Le marché automobile français encore en baisse en novembre

Les livraisons du groupe PSA ont progressé en novembre de 1,90%

Les livraisons du groupe PSA ont progressé en novembre de 1,90% - Fred TANNEAU / AFP

Les ventes de véhicules neufs ont chuté de 4,66% le mois dernier. Les constructeurs français s'en sortent mieux que les étrangers.

Les immatriculations de voitures neuves en France ont encore reculé en novembre, de 4,66% sur un an, continuant à accuser le coup de l'entrée en vigueur d'une nouvelle norme européenne qui avait artificiellement gonflé les ventes cet été, selon des chiffres publiés ce samedi. Ce recul marque le troisième d'affilée, après deux replis déjà en octobre (-1,5%) et en septembre (-13%).

Au total, 171 615 voitures neuves ont été lancées sur les routes de France le mois dernier, qui comptait le même nombre de jours ouvrés que novembre 2017, a fait savoir le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) dans un communiqué.

Des véhicules bradés en août 

Avec la nouvelle norme européenne pour l'homologation des véhicules, entrée en vigueur à partir du 1er septembre, les véhicules neufs doivent désormais se soumettre à la procédure dite WLTP. Ces tests en laboratoire mesurent la consommation de carburant mais aussi les émissions de CO2, de particules, d'oxydes d'azote (NOx) et autres produits nocifs, reflètent mieux les consommations et rejets réels des véhicules.

Certains constructeurs sont soupçonnés d'avoir accordé de gros rabais en juillet, et surtout en août, sur des véhicules qui n'auraient pas pu être commercialisés à partir de septembre, ou bien de les avoir immatriculés auprès de leurs propres concessionnaires afin de les écouler plus tard.

Les marques françaises résistent

En novembre, les marques françaises ont baissé de 4,23%, résistant ainsi un peu mieux que les marques étrangères qui ont quant à elles affiché un repli de 5,22%. Dans le détail, les livraisons du groupe PSA ont progressé en novembre de 1,90%, soutenues par les bonnes performances de ses marques Citroën (+10,71%) et DS (+1,08%), tandis que Peugeot et Opel ont respectivement affiché des replis de 1,31% et 3,27%.

Le groupe Renault (-12,34%) a semblé davantage concerné par l'effet WLTP. Les immatriculations de sa marque au losange ont en effet chuté de 25,21% en novembre. Sa filiale roumaine à bas coût Dacia a toutefois poursuivi sa progression avec un bond de 34,75%. Sur les onze premiers mois de l'année, un peu plus de deux millions de voitures neuves ont été immatriculées en France, soit une hausse de 4,73% plus représentative de la réalité du marché.

Pauline Dumonteil avec AFP