BFM Business

Industrie : l’Allemagne et le Royaume-Uni au plus bas

(image d'illustration)

(image d'illustration) - Lluis Gene - AFP

La contraction se poursuit en Europe, selon les dernières enquêtes Markit, réalisées auprès des directeurs d'achat du secteur manufacturier.

L’été est difficile pour le secteur manufacturier. Selon les dernières enquêtes Markit, publiées ce jeudi, l’industrie européenne continue de montrer des signes de faiblesse. A commencer par l’Allemagne qui a atteint son point le plus bas depuis 7 ans en matière de production, et le plus bas depuis 10 ans concernant les commandes à l’exportation. Son indice PMI sur ce secteur, qui représente 20% de l’économie allemande, a largement chuté en juillet : 43,2 contre 45 le mois précédent.

Le pays souffre des tensions commerciales, des incertitudes autour du Brexit et des difficultés du secteur automobile. « Nous ne voyons pas la fin du malaise actuel, les industriels allemands sont en pleine phase de restrictions, augmentant les coupes dans les niveaux d'emploi et d'achat, tout en baissant les prix pour essayer de stimuler la demande » explique à Reuters Phil Smith, économiste d'IHS Markit.

Le Royaume-Uni en souffrance

L’autre pays en souffrance est le Royaume-Uni qui connait sa plus forte baisse de la production en 7 ans. L’indice PMI est resté stable mais en contraction à 48 (tout comme en juin). Evidemment, les craintes autour du Brexit sont les principales causes des inquiétudes. L’arrivée de Boris Johnson, favorable à un « no deal » n’a rien pour rassurer les directeurs d’achat. L’industrie serait d’ailleurs une des principales victimes d’un hard Brexit.

Du côté de la France, la contraction est plus légère. L’indice du secteur manufacturier s’est établi à 49,7 contre 51,9 en juin, passant ainsi sous la barre des 50 qui différencie l’expansion de la contraction. Si les chefs d’entreprises restent optimistes pour l’avenir, les difficultés à venir de l’économie en 2019 et 2020 commencent à se faire sentir. « Ces résultats décevants résultent notamment d'un retour à la baisse des niveaux de production et du volume global des nouvelles commandes » explique Eliot Kerr, économiste à IHS Markit.

En Italie, c’est le deuxième mois consécutif en contraction, même si l’indice PMI n’a pas chuté, comme attendu : 48,5 contre 48,4 le mois précédent. C’est même mieux qu’espéré puisque les analystes tablaient sur 48. En Espagne, l’indice est légèrement remonté mais reste en contraction (48,2 après 47,9 en juin) tandis qu’aux Pays-Bas, la stabilité demeure avec un indice à son plus bas depuis 6 ans mais toujours en expansion (50,7).