BFM Business

Automobile: ces constructeurs qui souffrent toujours du changement d’homologation

Les ventes de voitures particulières reculent de 1,5% le mois dernier en France.

Les ventes de voitures particulières reculent de 1,5% le mois dernier en France. - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Les ventes de voitures particulières reculent de 1,5% le mois dernier, après un été au marché dynamique, mais tronqué par l’anticipation du changement de processus d’homologation en septembre.

La baisse du marché français s'est nettement ralentie le mois dernier, après la chute de 12,8% enregistrée en septembre. Selon les chiffres publiés par le Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA), les ventes de véhicules légers (voitures et petits utilitaires) sont restées stable en octobre. Celles des voitures particulières ont en revanche reculé de 1,5%. Et pour certains constructeurs, l’automne se montre très perturbé.

Audi, Volkswagen et Renault

La palme de la chute est remportée par Audi. La marque allemande voit ses ventes chuter de 53%, fortement pénalisée par des modèles en attente d’homologation. Le Groupe Volkswagen souffre en général avec ce changement de réglementation. Volkswagen recule ainsi de 23,5%. Si une partie des modèles sont de nouveau disponibles à la commande, Porsche subit également une lourde chute: -71,2%.

Nissan se montre l’autre grand perdant de ce mois d’octobre. Les ventes du Japonais, partenaire de Renault dans l’Alliance, chutent notamment de 50% le mois dernier. Nissan souffre d’un trou d’air dans sa gamme, avec -10% de ventes depuis janvier. Mais le constructeur pâtit surtout d’immatriculations impressionnantes en août (+94%). Déjà satisfaits, les clients n'achètent donc plus de nouveautés en septembre et octobre. Certains constructeurs sont également soupçonnés d'avoir abusé des ventes tactiques lors de l'été. Immatriculés par les concessionnaires, ces modèles sont ensuite écoulés en occasion zéro kilomètre, et bien moins chers, ils pénalisent les ventes de voitures neuves.

Renault n’est pas non plus à la fête, avec des immatriculations de voitures neuves en recul de 9,75%. Le grand rival Peugeot poursuit sa croissance, avec des ventes en hausse de 8,3%. Le Groupe PSA progresse de 9,2% en octobre, tiré notamment par les belles performances de Citroën. Autre marque touchée par la chute en octobre, Jeep. Si la marque progresse de 36% depuis le début de l’année, après des immatriculations très fortes cet été (+ %), et une nouvelle gamme de SUV très demandée, le constructeur poursuit sa chute le mois dernier, avec un recul de 21,5%.

Des homologations beaucoup plus sévères

Le marché français reste donc perturbé par le passage à WLTP. Ce nouveau système d’homologation beaucoup plus sévère a d’un côté entrainé le retrait d’un certain nombre de modèles du marché, le temps de leur laisser passer les nouveaux tests d’homologation. Ces tests en laboratoire, qui mesurent la consommation de carburant, mais aussi les émissions de CO2, de particules, d'oxydes d'azote (NOx) et autres produits nocifs, reflètent ainsi mieux les consommations et rejets réels des véhicules.

D’autres modèles ont purement et simplement disparu des catalogues, car trop polluants selon le nouveau dispositif. Mais surtout, certaines marques auraient gonflé leurs immatriculations cet été, soit par des politiques de rabais, soit en faisant immatriculer les véhicules par leurs concessionnaires, pour anticiper ce changement de normes. 

Pauline Ducamp, avec AFP