BFM Business

Acier: ouvriers et patrons soudés contre les pratiques chinoises

Emmanuel Macron dénonce les pratiques chinoises.

Emmanuel Macron dénonce les pratiques chinoises. - Patrick Kovarick - AFP

Face à la concurrence chinoise jugée déloyale par les sidérurgistes européens, plusieurs milliers de personnes sont attendues lundi à Bruxelles, afin de protester contre l’inaction de l’UE. De son côté, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a affirmé que la sidérurgie européenne était "attaquée de manière injuste".

"La sidérurgie européenne est aujourd'hui attaquée, de manière injuste, par des pratiques non conformes aux règles de marché, et en particulier par les pratiques de sidérurgistes chinois". Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a utilisé des mots durs pour parler de la situation actuelle dans le secteur de l'acier. 

"L'Europe doit se protéger, s'armer" contre ces pratiques, a-t-il affirmé. "Nous avons les moyens de le faire vite et c'est pour cela que je vais tout à l'heure à Bruxelles", a ajouté le ministre, qui doit s'exprimer devant le Parlement européen.

Manifestation à Bruxelles

D'ailleurs, une fois n’est pas coutume, c’est main dans la main qu’ouvriers et patrons défilent, ce lundi à Bruxelles. Quelque 5.000 acteurs de la sidérurgie européenne étaient dans la capitale belge, pour protester contre la concurrence chinoise qui déverse sur le marché des produits à prix cassés.

"Les importations d'acier bradées en provenance de Chine, dont les volumes ont doublé depuis 18 mois, inondent le marché de l'UE, provoquant des fermetures d'usines et des suppressions d'emplois dans la sidérurgie européenne", dénonce la fédération Eurofer, qui réunit les industriels européens de l'acier et co-organise la manifestation.

"Les ouvriers sidérurgistes de toute l'Europe pâtissent des conséquences des importations déloyales et du manque d'action gouvernementale", s'emporte de son côté Roy Rickhuss, secrétaire général du syndicat de l'acier britannique, Community, dans un communiqué.

"Les Chinois n’appliquent pas les règles"

"Nous croyons à l’économie de marché, mais l’économie de marché a ses règles. Les Chinois n’appliquent pas ces règles", a également dénoncé Philippe Darmayan, le patron d'ArcelorMittal en France, sur BFM Business. "Ils utilisent les marchés extérieurs comme déversoir de leurs surcapacités. Continuer comme ça, c’est s’assurer qu’en Europe on doive faire des ajustements de capacités très importants".

L'Union européenne est le deuxième plus gros producteur d'acier au monde après la Chine, avec plus de 177 millions de tonnes par an, soit 11% de la production mondiale, selon des chiffres de la Commission. Quelque 40.000 emplois ont été perdus ces dernières années dans un secteur qui emploie environ un million de personnes.

Dans la ligne de mire des manifestants, outre le dumping pratiqué par les sidérurgistes chinois, les difficiles discussions sur l'octroi à la Chine du statut d'économie de marché. La Commission européenne, qui négocie pour les 28 États membres, a en effet ouvert le débat à la mi-janvier et doit prendre une décision à la fin de l'année.

Si la Chine obtient ce statut, cela pourrait déboucher sur une forte baisse de ses droits de douane, lourde de conséquences pour tous les concurrents européens de "l'atelier du monde", des fabricants de panneaux solaires aux aciéristes.

Y.D. avec AFP