BFM Business

Vers la fin du nucléaire en Belgique ?

Dès 2003, la Belgique avait commencé à envisager sa sortie du nucléaire sous la pression des écologistes (DR)

Dès 2003, la Belgique avait commencé à envisager sa sortie du nucléaire sous la pression des écologistes (DR) - -

Les négociateurs qui travaillent à la formation d'un nouveau gouvernement se seraient mis d'accord dimanche pour sortir du nucléaire à partir de 2015, mais sans fixer encore de date précise pour le démantèlement des sept réacteurs sur le sol belge. Un choix qui pose bien des questions sur la dépendance énergétique du pays et sur les solutions de remplacement.

La Belgique possède 7 réacteurs nucléaires, tous gérés par Electrabel, filiale de GDF Suez. Cette éventuelle sortie du nucléaire une demi surprise.

Dès 2003, la Belgique avait commencé à envisager sa sortie du nucléaire sous la pression des écologistes. Mais l'absence d’alternative crédible avait conduit en 2009 le gouvernement d'Herman Van Rompuy à passer un accord avec Electrabel afin de prolonger de 10 ans les 3 plus anciens réacteurs.

Le nucléaire : 50 % de la production énergétique nationale

Depuis, la Belgique a été un man’s land politique. Et tous les accords d’autrefois sont devenus obsolètes aujourd’hui. S'ajoute à cela l’effet Fukushima, dévastateur pour le nucléaire civil.

Un choix compliqué pour la Belgique : le nucléaire représente plus de 50 % de la production électrique, loin d’être suffisant pour le pays qui doit déjà en importer. Risque donc de se poser le problème de la dépendance énergétique.

Chez GDG Suez, la maison mère d'Electrabel, on ne fait aucun commentaire, on précise malgré tout que rien n'est encore officiel.

Jean-Baptiste Huet