BFM Business

Total s'offre Direct Énergie pour être le premier fournisseur alternatif

Total a acquis 74,33% de Direct Énergie. (image d'illustration)

Total a acquis 74,33% de Direct Énergie. (image d'illustration) - Médiathèque Direct Énergie

Total a fait l'acquisition de 74,33% de Direct Énergie, principal fournisseur alternatif d'énergie en France. Cette opération va permettre au pétrolier de devenir un poids lourd de l'électricité dans le pays.

Direct Énergie passe dans le giron de Total. Le groupe pétrolier français s'est offert, contre 1,4 milliard d'euros, 74,33% du troisième acteur de l'électricité et quatrième acteur du gaz naturel en France. La major pétrolière lancera ultérieurement une offre publique obligatoire sur les actions cotées en Bourse, au prix de 42 euros par action, afin d'acquérir les 25,67% restants. 

Libéralisé en 2007 pour les particuliers, le marché français reste encore dominé par les anciens monopoles EDF et Engie (ex-GDF Suez). Pionnier sur ce créneau, Direct Energie s'est toutefois fait un nom, occupant la troisième place en France.

Ce rachat "correspondait très bien à la stratégie que l'on voulait mettre en oeuvre, puisque Direct Energie c'est à la fois une activité commerciale forte... et aussi une stratégie intégrée puisqu'ils ont depuis 2-3 ans une stratégie de développement de l'électricité sur une base gaz et renouvelables", a expliqué à l'AFP Patrick Pouyanné, le PDG de Total.

Il ne restera qu'une seule marque commerciale 

Le dirigeant a aussi insisté sur le fait qu'il s'agissait d'une "opportunité qui, économiquement, est intéressante". Concrètement, à l'issue du processus de rapprochement, il n'y aura plus "qu'une seule marque", qui reste encore à définir, a-t-il précisé. Quant à la direction, elle restera en place autour du PDG et cofondateur de Direct Energie, Xavier Caïtucoli. 

"Le projet de faire plus grand encore m'intéresse évidemment", a de son côté réagi ce dernier. "Il y a encore la moitié des gens qui ne savent pas que l'on peut changer de fournisseur, donc il y a un potentiel de croissance considérable", a-t-il souligné. "Si vous ajoutez à cela les questions qui sont posées autour des tarifs réglementés, ma conviction est que les parts de marché vont se redistribuer dans les années qui viennent et le troisième acteur français aura son mot à dire", a assuré Xavier Caïtucoli.

Le gouvernement envisage en effet une fin progressive des tarifs réglementés du gaz, avec leur extinction à l'horizon 2023 pour les particuliers. Les tarifs réglementés de vente (TRV) de l'électricité appliqués par EDF à plus de 27 millions de consommateurs en France ont aussi été attaqués en justice par des fournisseurs alternatifs.

A.M. avec AFP