BFM Business

Pour Lego, le plastique, ce n'est plus fantastique

Lego utilise chaque année 6.000 tonnes de plastique pour produire ses jouets dont les fameuses briques

Lego utilise chaque année 6.000 tonnes de plastique pour produire ses jouets dont les fameuses briques - Kevork Djansezian - Getty Images - AFP

Les heures de la brique en plastique sont comptées. Lego a annoncé qu’il allait investir 1 milliard d’euros pour développer des matériaux plus écologiques.

Comment remplacer 6.000 tonnes de plastique par un matériau plus respectueux de l’environnement? C’est pour répondre à cette question que Lego va dépenser 1 milliard d’euros ces 15 prochaines années. La compagnie danoise qui a produit en 2014 quelque 60 millions de petites pièces en plastique a décidé "de réduire son empreinte écologique", écrit-elle dans un communiqué. Lego, pointé du doigt par Greenpeace l’an passé pour son partenariat avec Shell, avait déjà commencé à réduire son empreinte carbone en diminuant la taille de ses packagings et en investissant dans des éoliennes.

Mais là, le géant danois a décidé de passer à la vitesse supérieure en changeant complètement son process de fabrication. "Plusieurs facteurs entrent en compte lorsqu’il s’agit de mesurer l’impact d’un matériau sur l’environnement, explique Jørgen Vig Knudstorp, le Pdg de Lego. Il y a la composition de la matière, la façon dont on l’achemine et ce qu’il advient lorsque le produit arrive en fin de vie." Ses experts en R&D qui travaillaient déjà avec l'association WWF pour améliorer l'empreinte écologique de ses produits vont donc bénéficier d'une manne colossale pour mettre au point des matériaux composites qui pourraient remplacer le plastique (principalement les ABS qui représentent 70% de la production de la firme). Le tout, évidemment, à moindre coût.

Le plastique s'emboîte mieux

Le milliard d'euros ainsi investi peut sembler une somme colossale mais elle est à la hauteur des difficultés techniques. Le cœur du problème: la formidable capacité du plastique à conserver son "clutch power", le terme qui désigne l’imbrication des pièces entre elles. Le plastique a la propriété de conserver des années durant cette capacité alors que les autres matériaux testés la perdent plus ou moins rapidement. Une centaine de salariés vont ainsi être embauchés par Lego pour travailler sur ce projet de matériaux qui mettra des années à aboutir puisque l’investissement de la firme porte sur 15 ans. La brique en plastique a encore quelques années de sursis.

Frédéric Bianchi