BFM Business

  Location automobile: tous les moyens sont bons pour économiser

(image d'illustration)

(image d'illustration) - Karen Bryan - Flickr - CC

Dans le cadre des Grands Prix Business Durable 2015, organisés par BFM Business, nous vous avons présenté cette semaine la dernière entreprise nominée dans la catégorie "Economie Collaborative". Retrouvez les résultats de notre sondage lié à la société "Luckyloc".

Sur le marché français de la location automobile, la concurrence joue pleinement. Selon un recensement effectué par l’Observatoire de l’Association Nationale pour la Formation Automobileen 2013, 2.713 sociétés exerçaient l’activité de loueur automobile de courte durée en 2013, assurant au total près de 12.700 emplois. Et face aux leaders de ce secteur (Europcar, Hertz, Rent a Car, Avis, etc.) de plus en plus de structures -de taille plus modestes - émergent.

Ces nouveaux acteurs sont d'ailleurs venus rebattre les cartes de la mobilité "à la demande". En très peu de temps, les services d'autopartage se sont particulièrement bien implantés dans les grands centres urbains. Les raisons d'un tel succès sont simples, ces acteurs apportent aux utilisateurs de la flexibilité et leur permettent de préserver leur pouvoir d'achat en pratiquant des tarifs peu élevés. 

Les contraintes ne vous effraient pas 

Afin de reconquérir la clientèle perdue, certains loueurs ont revu leur copie et proposent des forfaits plus intéressants que par le passé, en imposant toutefois davantage de contraintes (nombre de kilomètres limité, catégorie de véhicule imposée,...). 

Selon notre sondage, les clients des loueurs se montrent prêts à faire encore plus d'efforts pour payer moins cher. Ainsi, pour 40% d'entre eux, nettoyer soi-même (ou à ses frais) le véhicule loué avant de le restituer à l'agence de location est une option envisageable.

Location automobile: que seriez-vous prêt à faire pour payer moins cher ? - Nettoyer le véhicule avant de le rendre : 40 %
- Ramener le véhicule à une date donnée, en un lieu précis : 40 % 

- Récupérer le véhicule à l'usine pour le livrer à l'agence : 20 %

Véritable place de marché, la société "Luckyloc", fondée en 2012 par Claire Cano et Idriss Hassim a fait de certaines contraintes sa force. En adaptant en France le concept du "drive away", ses clients deviennent convoyeurs de véhicules pour le compte des loueurs qui cherchent à rapatrier leurs modèles d'une agence à l'autre. "Luckyloc" facture ce trajet 1 euro. Restent cependant à la charge du locataire le carburant et les éventuels frais autoroutiers. 

Antonin Moriscot