BFM Business

Des salariés d'EDF soupçonnés d'avoir détourné près de 800.000 euros

Des salariés d'EDF soupçonnés d'avoir détourné 800.000 euros.

Des salariés d'EDF soupçonnés d'avoir détourné 800.000 euros. - ERIC PIERMONT / AFP

Les personnes soupçonnées ont été placées en garde à vue. Elles auraient détourné près de 800.000 euros à EDF depuis 2014 en modifiant les numéros de comptes bancaires de clients dormants ou inactifs.

Sept personnes, dont plusieurs salariés d'EDF, ont été placées en garde à vue ce lundi dans les Yvelines, soupçonnées d'avoir détourné près de 800.000 euros à l'électricien public depuis 2014, a-t-on appris de sources concordantes. Parmi les personnes en garde à vue, six hommes et une femme "relativement jeunes", figurent "plusieurs salariés d'EDF", ont expliqué des sources policière et judiciaire, confirmant une information du Parisien.

Les suspects, interpellés lundi matin dans différentes communes des Yvelines, sont interrogés dans les locaux de la police à Saint-Germain-en-Laye. EDF, à l'origine de l'enquête, avait "déposé plainte en mai 2016 pour des pratiques frauduleuses découvertes à la suite d'un contrôle interne", a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'électricien. L'enquête a, à ce stade, permis de déterminer que "près de 800.000 euros" ont été détournés à EDF depuis 2014 grâce à une combine complexe, a relaté la source policière.

"Une manipulation informatique intelligente"

"Les suspects sont soupçonnés d'avoir monté une manipulation informatique intelligente pour modifier les numéros de comptes bancaires de clients d'EDF dormants ou inactifs et les remplacer par leurs propres numéros de compte", a expliqué cette source. Ils auraient ensuite "lancé de faux ordres de remboursements de trop-perçu" à ces clients inactifs, remboursements versés par EDF qui ont atterri directement sur leurs comptes, tout en s'arrangeant pour masquer ces opérations. "La victime est EDF, il n'y a pas de préjudice pour les clients concernés", a-t-on précisé.

Les sept suspects peuvent rester en garde à vue jusqu'à mercredi matin avant une éventuelle présentation à la justice. Ils sont soupçonnés d'avoir "beaucoup flambé": "On a retrouvé chez eux des objets, vêtements, bijoux de luxe qui ne correspondent pas" à leurs revenus déclarés. L'enquête a été confiée à la sûreté urbaine de Saint-Germain-en-Laye, en co-saisine avec le Groupement d'intervention régional (GIR) des Yvelines.

P.L avec AFP