BFM Business

Canada: le rail, nouveau moyen de transport pour le pétrole de schiste?

BFM Business

Les Etats-Unis produisent de plus en plus de pétrole, grâce notamment au pétrole de schiste. Et son transport pose problème, les oléoducs étant presque saturés.

L'explosion d'un train qui transportait du pétrole, ce week-end, au cœur d'une petite ville du Québec, met en lumière une nouvelle problématique: la saturation des oléoducs. La production de pétrole allant crescendo aux Etats-Unis, pour le transporter, les compagnies sont contraintes d'utiliser de plus en plus le rail.

Aux Etats-Unis, les oléoducs ne suffisent plus pour transporter le pétrole. Ils restent le principal moyen d'acheminement, mais ils sont saturés ces dernières années, selon Francis Perrin, président de Stratégies et Politiques Energétiques, invité de BFM TV.

Il faut dire que les Américains produisent à un rythme soutenu, avec une hausse de 14% en 2012, selon un rapport de BP. L'exploitation du pétrole de schiste a considérablement accéléré la production. Les Etats-Unis sont les troisièmes producteurs de pétrole au monde, et l'agence internationale de l'énergie atomique les voit passer premiers en 2020.

Le train, plus cher mais plus flexible

Face aux capacités insuffisantes des oléoducs, le train est la solution pour transporter ce nouvel or noir. Cela coûte plus cher aux producteurs: 10 à 15 dollars par baril environ, soit deux à trois fois plus que le transport par oléoducs.

Mais finalement, explique Francis Perrin, le baril se vendant 100 dollars, on est sur des marges très intéressantes. De plus, face à la lourdeur et la lenteur de construction d’un nouvel oléoduc, le souplesse du rail est attrayante, poursuit le spécialiste.

D'ailleurs les compagnies de chemin de fer ne s'y sont pas trompées. Elles se sont positionnées notamment dans le Dakota du Nord, où se situent les plus grands gisements de pétrole de schiste. Là aussi d'où venait le train qui a explosé ce week-end dans un petit village du Québec.

A LIRE AUSSI:

>> Les membres de l'Opep réagissent en ordre dispersé à l'essor du pétrole de schiste

>> Huile et gaz de schiste: 77 ans de consommation dans le sol français

Pauline Tattevin avec BFMbusiness.com