BFM Business

Alstom: les aides de l'Etat passent du charbon aux énergies renouvelables

L'Etat versera des aides à Alstom pour lui permettre d'investir dans les énergies renouvelables.

L'Etat versera des aides à Alstom pour lui permettre d'investir dans les énergies renouvelables. - Georges Gobet - AFP

L'Etat va supprimer les aides versées à Alstom dans le charbon. A la place, elles seront versées pour que le groupe investisse dans les énergies renouvelables.

Alstom recevra toujours des aides de l'Etat mais plus les mêmes. Celles pour l'export de centrales à charbon vont bien être supprimées mais d'autres seront versées au groupe pour investir dans les énergies renouvelables, a annoncé jeudi la ministre de l'Energie et de l'Ecologie Ségolène Royal au micro de France Info.

Manuel Valls vient de confirmer la suppression "immédiate" des crédits exports pour les centrales à charbon sans dispositif anti-CO2. "Nous supprimons immédiatement les crédits exports pour tous les nouveaux projets de centrale à charbon qui ne sont pas dotés d'un dispositif de capture et stockage de CO2".

"Mais j'ai proposé à Alstom que ces aides lui soient données pour investir dans les énergies renouvelables", précise Ségolène Royal. Interrogée sur la date de suppression de ces aides, elle a indiqué que cette mesure serait à effet immédiat.

Réduction des énergies fossiles

C'est l'une des principales promesses du gouvernement français en matière de réduction des énergies fossiles, qui prend valeur d'exemple à trois mois de l'ouverture de la conférence de Paris sur le climat (COP 21). Depuis des mois les ONG pressaient le gouvernement de tenir la promesse de François Hollande de novembre, craignant de le voir reculer sur ses engagements, notamment en raison des menaces que cela pourrait poser à plusieurs centaines de salariés d'Alstom.

Ségolène Royal avait indiqué en août qu'elle voulait que ces aides soient supprimées mais qu'il fallait veiller à ne pas nuire à l'emploi. "Il faut que les promesses soient tenues, sinon on n'est pas crédible" sur le sujet de la transition énergétique mais il faut faire attention à l'impact des décisions sur l'emploi", avait-elle déclaré. Elle avait déjà indiqué alors être "prête à reporter ce volume d'aides sur d'autres activités d'Alstom, par exemple sur les énergies renouvelables".

Les crédits pour financer la construction de centrales à charbon à l'étranger, qui bénéficient en fait à Alstom, sont apportées sous forme de garanties d'emprunt de la Coface.

D. L. avec AFP