BFM Business

Un nouveau directeur financier chez Lagardère

Chez Lagardère, Dominique d'Hinnin faisait tourner la boutique au quotidien

Chez Lagardère, Dominique d'Hinnin faisait tourner la boutique au quotidien - Eric Piermont AFP

"Bruno Balaire a été nommé directeur financier en remplacement de Dominique d'Hinnin, un proche d'Arnaud Lagardère qui occupait ce poste depuis 18 ans."

Lagardère a annoncé mercredi 9 mars la nomination de Bruno Balaire au poste de directeur financier. Âgé de 48 ans, cet expert-comptable diplômé de Paris II a effectué l'essentiel de sa carrière au cabinet d'audit Mazars, où il est entré en 1995, est devenu associé en 2001, et dirigeait depuis 2009 l'activité "media, information & entertainment". Bruno Balaire a notamment été commissaire aux comptes de Lagardère de 2008 à 2013. 

Il remplace Dominique d'Hinnin, qui quitte le groupe où il était entré il y a 26 ans, et était directeur financier depuis 18 ans. Dominique d'Hinnin était proche d'Arnaud Lagardère depuis 1994, lorsque les deux hommes avaient travaillé ensemble dans la filiale américaine Grolier. "Il était très bien considéré par la communauté financière", estiment les analystes d'Exane. "Il était apprécié des marchés et considéré comme le dirigeant opérationnel en pratique", abonde Pavel Govciyan, analyste chez Natixis. La question est donc de savoir qui fera désormais tourner la boutique au quotidien...

Double casquette

Mais Dominique d'Hinnin avait deux casquettes: il était en outre co-gérant du groupe, un poste à la fois lucratif et stratégique. En effet, dans une société en commandite comme Lagardère, le pouvoir est détenu par les gérants.

Le départ de Dominique d'Hinnin réduit le nombre de gérants de quatre à trois: Arnaud Lagardère, Thierry Frunck-Brentano et Pierre Leroy. Problème, ces deux derniers sont de vieux barons du groupe: le premier aura 69 ans en mai, et le second 68 ans en octobre. Toutefois, la limite d'âge fixée par les statuts est de ... 80 ans.

Selon Le Canard enchaîné, le départ de Dominique d'Hinnin résulterait d'un conflit avec le porte-parole du groupe, Ramzi Khiroun. Ce dernier, qui n'est pas co-gérant, aurait espéré le devenir, mais cela n'a pas été annoncé mercredi.

Faire cracher la bête

Le poste de directeur financier est d'autant plus clé que la stratégie actuelle est de faire cracher la bête, via des réductions de coûts (cf. encadré) ou des cessions. Selon Le Figaro, un acquéreur serait recherché pour leguide.com. Surtout, un processus de cession a été lancé pour Télé 7 Jours, Public, Ici Paris et France Dimanche, mais qui n'a pas abouti faute d'offres satisfaisantes. Une offre à 55 millions d'euros de Mondadori aurait ainsi été rejetée.

Or, augmenter la rentabilité est nécessaire pour assurer le versement du dividende, qui, à 1,3 euro par action, absorbe 184 millions d'euros par an. En effet, le cash généré par l'activité (cf. ci-dessous) ne rapporte pas assez pour cela, et doit donc être complété chaque année par le produit de cessions. 

"Le principal problème actuellement pour Lagardère est l'écart entre sa génération de free cash flow et son engagement à maintenir un dividende stable", écrivaient en 2013 les analystes de Kepler Chevreux. "Le dividende ordinaire est resté stable depuis 2008 malgré la baisse du bénéfice net. Lagadère aura à coeur de maintenir son dividende à ce niveau, et fera tout pour couvrir son dividende, y compris via de nouvelles cessions", estime toujours aujourd'hui Natixis. 

Le maintien du dividende est important à titre personnel pour Arnaud Lagardère, qui grâce à ses 8% du capital, touche ainsi près de 15 millions d'euros par an. Cet argent est utilisé pour payer les intérêts de sa dette personnelle, qui peut être estimée autour de 200 millions d'euros. 

Plan de départs dans les journaux et magazines

Lagardère Active, branche médias du groupe Lagardère, a annoncé mercredi aux représentants des salariés un plan de départs volontaires de 220 postes en 2016, dans ses activités presse (Télé 7 Jours, Ici Paris, France Dimanche, Elle, Paris Match, Le JDD...) et publicité, a révélé Le Figaro. Les effectifs de Lagardère Active, qui étaient encore de 4.300 personnes fin 2012, passeraient de 3.500 à 3.300 personnes. 

Le free cash flow de Lagardère (en millions d'euros)

2010: 303 2011: 4 2012: 127 2013: 39 2014: -39

source: Fact Sheet

Jamal Henni