BFM Business

Quand les Français fêtent leur dette

La dette est expliquée avec humour, "le meilleur remède contre la peur et l'angoisse".

La dette est expliquée avec humour, "le meilleur remède contre la peur et l'angoisse". - Aris Messinis - AFP

Samedi 23 mai, Christophe Alévêque lance la deuxième édition de la fête de la dette. Un spectacle humoristique pour expliquer le mécanisme de la dette, suivi d'un grand bal.

"La dette un dossier trop important pour le confier à des experts". La fête de la dette revient, pour la deuxième année consécutive, ce samedi 23 mai. Faire une fête à la dette – terme qui revient continuellement à la Une de l'actualité - est une idée du comique Christophe Alévêque.

Par le biais d'un spectacle drôle, Christophe Alévêque expose de manière sérieuse ce qu'est la dette. "C'est tout simplement une explication de la dette, pour les buses", souligne amusé le comédien sur BFM Business. "Il faut mettre le mécanisme de la dette à la portée de tout le monde, car l'ignorance est une usine à connerie phénoménale".

Place au bal

Tout au long du spectacle, il fait intervenir des experts. Ainsi, le psychanalyste Gérard Miller va parler des dégâts de la dette sur le cerveau. "Ne pas comprendre engendre la peur, l'angoisse", précise Christophe Alévêque qui accueillera également Eric Toussaint, porte-parole du réseau international du Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde. "Il va nous faire un résumé de la situation en Grèce". Et le nouvel expert en dette va devoir les surveiller! "C'est le langage économique des experts qui met beaucoup de gens sur le côté", précise le comédien.

Puis, après les explications, place à la fête. Un grand bal est prévu pour "désacraliser la dette". Une deuxième édition qui démarre sous les meilleurs augures. L'année dernière, la fête de la dette a reversé ses bénéfices au Secours populaire, soit 13.000 euros. "Cette année, on va faire mieux".

Diane Lacaze