BFM Business

Publicis-Omnicom: le leader mondial de la pub moque "l'égo" de ses concurrents

Martin Sorell, le patron de WPP,  va rester à la tête du leader mondial de la publicité.

Martin Sorell, le patron de WPP, va rester à la tête du leader mondial de la publicité. - -

Selon Martin Sorrell, le patron du groupe britannique WPP, la principale raison de l'échec de la fusion entre Publicis et Omnicom réside dans la personnalité des deux dirigeants. Il estime également que les deux groupes vont maintenant se retrouver "dans une position difficile".

Martin Sorrell, le patron du groupe britannique WPP, le numéro un mondial de la publicité, semble se délecter de l'échec de la fusion entre Omnicom et Publicis, respectivement numéro deux et trois.

Dans un entretien à l'AFP, vendredi 9 mai, le dirigeant n'y va pas par quatre chemins: "vous avez dit l'ego, ou les personnalités ou ce que les banquiers appellent les questions relationnelles, je pense que c'est le problème principal, pas les questions fiscales, pas les questions de structure. Celles-ci auraient pu être réglées", a-t-il déclaré.

"Difficile de justifier" cet échec

"Je pense qu'ils sont dans une position difficile car il y a quelques semaines, ils essayaient de dire qu''ensemble, c'est beau' et que maintenant ils disent 'rester séparés, c'est beau'", a-t-il ironisé.
"C'est un peu difficile de justifier pourquoi ils ont mis dix mois à réaliser qu'ils ne pouvaient pas se mettre ensemble et pourquoi ils ont dépensé quelques centaines de millions de dollars pour le comprendre", a-t-il encore dit.

En s'alliant, Publicis et Omnicom seraient devenus numéro un du secteur, surpassant WPP. Mais les deux groupes ont annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi qu'ils renonçaient à leur projet de fusion annoncé en juillet dernier, au vu des "difficultés à clore la transaction dans des délais raisonnables" et invoquant les "défis qui restaient à surmonter".

Y. D .avec AFP