BFM Business

Pourquoi TF1, Arte et Canal + misent sur les séries françaises

Le Baron noir, la nouvelle série de Canal Plus

Le Baron noir, la nouvelle série de Canal Plus - Canal +

Les trois chaînes lancent de nouvelles séries concomitamment cette semaine. Avec un même objectif: assurer la relève des séries américaines qui ne séduisent plus autant les téléspectateurs.

Politique, vie de famille et monde du travail. Trois nouvelles séries télé sortent cette semaine avec tous les ingrédients du succès. Ce lundi soir, TF1 et Canal + donnent en même temps le coup d'envoi de leurs nouvelles productions.

La première, Le Baron Noir est censée être la grande série événement de Canal +. Le combat entre un député joué par Kad Merad et son mentor interprété par Niels Arestrup qui le sacrifie pour assouvir ses ambitions présidentielles. 

Remplacer les séries américaines

"Jusqu'à présent en France, il y avait une espèce règle non écrite qui était qu'on ne cite ni les partis, ni les médias, ni les syndicats. On avait jusqu'à présente des partis fictifs. Nous nous voulions vraiment que le spectateur quand il voit la série se dise 'oui, ça se passe comme cela'", explique Thomas Bourguignon, le producteur de la série interrogé par BFM Business.

Les coulisses sombres de la politique et un budget un peu au-dessus de la moyenne des séries françaises. 1,5 million d'euros par épisode. Canal + parie déjà sur un succès, une saison 2 est envisagée.

En face, TF1 sort Le Secret d'Elise. 1,3 million par épisode. Un thriller fantastique. Avec aux manettes, le réalisateur de Falco et Profilage. Enfin, Trepalium est programmé jeudi soir sur Arte.

Des trois séries cette dernière celle dont le budget est le plus modeste. Mais, par le sujet qu'elle aborde, elle est aussi la plus insolite. Trepalium nous plonge dans un pays dans lequel 80% de la population serait au chômage. Trois nouvelles séries françaises, donc, sur les écrans cette semaine. Et un même enjeu pour les chaînes: assurer la relève des séries américaines qui ne séduisent plus autant les téléspectateurs. 

Elisabeth Hu, J.M.