BFM Business

Mediapart à nouveau bénéficiaire en 2012

Le site créé par Edwy Plenel prévoit un chiffre d'affaires stable en 2013

Le site créé par Edwy Plenel prévoit un chiffre d'affaires stable en 2013 - -

Le site internet est rentable pour la seconde année consécutive. Mais sa croissance atteint un plateau. Une recomposition du capital devrait par ailleurs avoir lieu cette année.

Il y a une vie après Sarkozy, à en croire Mediapart. "Avec l'affaire Cahuzac, nous avons démontré que nous ne fonctionnions pas différemment avec la gauche au pouvoir. Mediapart était indépendant sous la droite, et l'est resté sous la gauche", a affirmé Edwy Plenel qui présentait à la presse ce jeudi 7 mars ses résultats 2012 et la nouvelle formule du site lancée ce mois-ci.

Toutefois, le président du site a admis que la croissance du nombre d'abonnés "atteint un plateau". En effet, le site comptait 59.294 abonnés individuels fin décembre, soit une progression de seulement 851 nouveaux abonnés en un an.

Si l'on inclut les abonnements collectifs, on atteint 64.226 abonnés fin 2012, soit un léger recul par rapport par rapport aux 70.000 abonnés atteints au premier semestre 2012.

Bénéfice en recul

Selon Edwy Plenel, cela est dû aux problèmes rencontrés avec les prélèvements bancaires par carte bleue. "Sans ces problèmes, Mediapart compterait 80.000 abonnés au lieu de 60.000", a-t-il assuré.

Le site a terminé l'exercice 2012 en étant rentable pour la 2è année consécutive (cf. ci-contre). Le budget 2013 table sur un chiffre d'affaires "stable", et un bénéfice net de 400.000 euros, soit un recul de 43%.

Cette année devrait aussi donner lieu à une recomposition du capital. En effet, le fonds Odyssée Venture "a vocation à sortir, et va être racheté dans l'année", a expliqué Edwy Plenel. En 2009, ce fonds avait pris "un peu plus de 20%" du capital, en apportant un million d'euros. Au total, Mediapart a levé 5,7 millions d'euros depuis sa création.

Mise à jour: la porte-parole du site nous indique: "c'est l'équipe du site qui va racheter les parts d'Odysée. Le site ne cherche donc pas de nouveaux actionnaires".

Jamal Henni