BFM Business

Londres désertée par les touristes pendant les JO

Les transports, les magasins et les musées de Londres ont été très peu fréquentés durant la quinzaine des Jeux.

Les transports, les magasins et les musées de Londres ont été très peu fréquentés durant la quinzaine des Jeux. - -

Au lendemain de la fin des jeux Olympiques, Londres dresse le bilan. Il est sans appel: les professionnels du tourisme sont déçus.

Contre toute attente, durant ces quinze derniers jours, Londres était vide, ou presque. Craignant une saturation dans les transports, les habitants ont été poussés dehors par les organisateurs des jeux Olympiques.

Les autorités n'avaient finalement pas de raison de s'inquiéter: selon les premiers chiffres des professionnels du tourisme, publiés le 10 août, la fréquentation touristique aurait baissé de 30% par rapport à l’année dernière, alors qu’aucun événement majeur n’avait lieu dans la capitale britannique.

Les sites touristiques sont loin d'avoir fait le plein. Le British Museum a perdu un visiteur sur quatre, la National Gallery deux sur cinq. Même le zoo a comptabilisé 40% de visiteurs en moins.

Les touristes des JO peu dépensiers

En centre-ville, ce ne fut guère mieux. Les restaurants sont restés à moitié vides, les commerçants ont vu leurs ventes baisser, et l'afflux touristique tant attendu ne s'est jamais produit. Si bien que les hôtels londoniens ont même dû baisser leurs tarifs.

Seuls échappent à la règle les sites consacrés aux JO. Mais les touristes qui ont fait le déplacement pour l'occasion n'étaient guère dépensiers.

De quoi faire grincer des dents les contribuables, à qui l’Etat avait promis de vastes retombées économiques pour compenser les 34 millions d’euros qu’a coûté l’organisation des Jeux.

Karine Vergniol