BFM Business

Les films récents arriveront plus vite à la télévision

-

- - Flickr - CC Commons - Sari Montag

Les très longues discussions pour moderniser la chronologie des médias sont désormais quasiment bouclées, après la signature d'un accord entre Canal+ et le cinéma français.

Après des années de discussions, un accord sur la chronologie des médias est cette fois imminent. Concrètement, il permettra de diffuser plus rapidement les films après leur sortie au cinéma : 3 à 4 mois en VOD, 6 à 8 mois sur Canal+, 19 ou 22 mois sur les chaînes gratuites, selon la dernière mouture du projet. La lutte contre le piratage est l'un des principaux objectifs de cette réforme. 

Canal+, qui avait claqué la porte des discussions en octobre, est finalement parvenu à un accord avec la filière. En échange de sa signature, la chaîne a obtenu une révision à la baisse de ses obligations dans le cadre de la renégociation de son accord de financement avec les organisations professionnelles du cinéma français.

« Canal+ est heureux d’annoncer le renouvellement de son accord avec le cinéma français, prolongeant ainsi jusqu’en 2023 un partenariat historique de plus de 30 ans », déclare le groupe dans un communiqué. « Cet accord (...) sanctuarise et renforce ainsi la position unique de Canal+ dans le financement et la diffusion du cinéma français, dont il reste de loin et plus que jamais le premier soutien en France ».

Le cas Netflix pas réglé 

Le renouvellement, qui a été acté officiellement jeudi 8 novembre à l'occasion des Rencontres cinématographiques de Dijon, intervient après une réunion décisive deux jours auparavant sous l'égide du nouveau ministre de la Culture, Franck Riester. « Je me réjouis de la signature de l’accord par les organisations professionnelles du cinéma et Canal+. C’est un grand jour pour la création et le cinéma français », s'est réjoui Franck Riester sur son compte Twitter.

La nouvelle chronologie des médias ne règle pas en revanche le cas Netflix : la plateforme de vidéo ne pourra toujours pas diffuser de films récents (pas avant 3 ans) et même si Netflix s'engage à financer le cinéma français, le délai ne sera ramené, au mieux, qu'à 15 mois après la sortie en salle.

Simon Tenenbaum, avec Reuters