BFM Business

Les fans de foot ont appris à jongler (entre les abonnements)

BFM Business

De la première diffusion d’un match de football en direct à la vente des droits de la Ligue 1 pour plus d'un milliard d’euros, les fans de football ont dû s’adapter au nouveau paysage télévisuel. Et, pour les plus fidèles d’entre eux, mettre la main à la poche.

En 1984, la France découvre émerveillée qu’il est possible de regarder un match de football en direct. La prouesse est signée Canal Plus, la toute nouvelle -et première- chaîne payante du paysage audiovisuel français. La décision fera bondir le nombre d’abonnés de la chaîne cryptée, dont les programmes sont à l’époque accessibles pour 120 francs (environ 18 euros). Aujourd’hui, il est de 39,90 euros par mois - avec toutefois plusieurs chaînes supplémentaires.

En 1999, un nouvel acteur vient mettre fin au monopole de canal Plus sur le championnat de France. Créé pour concurrencer Canalsat, TPS frappe fort lors de l’appel d’offres organisé par la Ligue de football professionnel. Le bouquet satellite s’adjuge ainsi la moitié des matchs. Pour y avoir accès, les amateurs de football doivent donc débourser 11 euros supplémentaires par mois.

En 2004, Canal Plus récupère l’exclusivité du championnat français au prix fort, et soulage ainsi le portefeuille des supporters les plus fervents.

Arrivée fracassante de BeIN Sports

Mais en 2008, l’arrivée surprise d’Orange sur le marché des droits TV rebat les cartes. L’opérateur obtient un grand match chaque samedi soir, qu’il facture 6 euros par mois.

Quatre ans plus tard, nouveau bouleversement de taille: Al Jazeera et sa filiale BeIN Sports débarquent, tandis qu’Orange se retire brutalement du marché. Les différentes rencontres du week-end sont ainsi partagées entre Canal et BeIN Sports, accessible pour 13 euros par mois. Ce tarif augmentera progressivement, jusqu’à 15 euros par mois actuellement.

A quoi ressemblera le paysage audiovisuel en 2020, lors de l’entrée en vigueur des nouveaux droits de la Ligue 1? Rien ne permet aujourd‘hui de le dire. L’espagnol Mediapro, qui a raflé le plus gros des contenus mis en jeu, a déjà fait part de son intention de créer une chaîne dédiée… sans en dévoiler les tarifs.

BeIN Sports, de son côté, possédera deux affiches du week-end. RMC Sport (groupe Altice, propriétaire également de ce site internet), qui possède déjà la Ligue des champions et la Premier League pourrait également proposer certains contenus pour compléter son offre (à 5 euros par mois pour les abonnés SFR et 15 euros pour les non abonnés).

Tandis que Canal Plus pourrait être tenté de racheter des matchs à Mediapro, afin d’éviter de couper tout lien avec le football… et ses abonnés.