BFM Business

Les casinos Partouche veulent se sauvegarder

La Financière Partouche demande l'ouverture d'une procédure de sauvegarde

La Financière Partouche demande l'ouverture d'une procédure de sauvegarde - -

Les casinos Partouche ont annoncé, mercredi 3 avril, que son principal actionnaire, Financière Partouche, avait obtenu l'ouverture d'une procédure de sauvegarde. Celui-ci veut renégocier sa dette financière.

Rien ne va plus pour les casinos Partouche. Son principal actionnaire, la holding Financière Partouche, vient d'obtenir, mercredi 3 avril, sa mise sous procédure de sauvegarde. Objectif de l'opération : avoir du temps pour renégocier sa dette, et surtout se protéger de visées inamicales d'un fonds anglo-saxon.

La famille Partouche a bien l'intention de protéger ses intérêts. Elle vient de saisir le Tribunal de commerce de Valenciennes pour trouver un accord avec ses créanciers.

La Financière Partouche, qui détient un peu plus de 66% du groupe, va mal. Elle doit renégocier une dette d'une centaine de millions d'euros avec ses créanciers. Un groupe de plusieurs banques dont Natixis et LCL. A partir d'aujourd'hui, elle a donc 6 mois pour trouver une solution.

Déficitaire depuis 5 ans

Ce qui a tout déclenché ? Les manœuvres d'un fonds anglo-saxon, le fonds Oaktree, qui a racheté à ses créanciers un tiers de sa dette et qui pourrait bien tenter, via cette opération, de prendre le contrôle de la holding. La procédure de sauvegarde devrait donc permettre à la famille Partouche de mieux contrôler sa remise à flots.

Le groupe, qui exploite 42 casinos en France, est déficitaire depuis 5 ans. Il a mis en place un programme de désendettement mais qui est long à faire effet.

En fait, c'est tout le secteur des casinos qui est dans le rouge, accusant une baisse de 20% de son chiffre d'affaires depuis 5 ans. Les représentants de la profession s'estiment en particulier lésés par rapport aux jeux en ligne. Ils appellent régulièrement à un assouplissement d'un secteur très règlementé.

Isabelle Gollentz