BFM Business

Lens mise sur le Louvre pour attirer les investisseurs

La construction du musée du Louvre à Lens a coûté 150 millions d'euros, financé en grande partie par la région.

La construction du musée du Louvre à Lens a coûté 150 millions d'euros, financé en grande partie par la région. - -

En se dotant d’une institution culturelle d’envergure, avec l’inauguration, mardi 8 décembre, du musée du Louvre à Lens, la région Pas-de-Calais fait un pari. Celui de rendre cet ancien bassin minier enfin attractif pour le tourisme et les investisseurs.

Lens a désormais son Louvre : le nouveau musée est inauguré, mardi 4 décembre, en présence de François Hollande. Le public pourra le découvrir à partir du 12 décembre. Mais au-delà de l’évènement culturel, c’est toute l'ancienne région minière qui veut renouer avec un certain dynamisme. Elle cherche à devenir au moins aussi attractive pour les touristes et les investisseurs que sa grande voisine Lille.

La Région Nord-Pas-de-Calais a mis les moyens pour accueillir l'établissement public de coopération culturelle : elle a financé 60 % des 150 millions d’euros nécessaire à la construction du musée tout de verre et d’aluminium et des 25 hectares de parc qui l’entoure. Elle va également prendre en charge 80% des frais de fonctionnement du musée, qui s’élèvent au total à 12 millions par an.

La participation de l’’Union européenne se porte à 20 %, suivi par le département (10%), l’agglomération et la ville (10%). Mais l’Etat n’a pas mis la main à la poche. Le budget a donc été bouclé en faisant appel à des conventions de mécénat.

L’ancien bassin minier compte sur la présence durant un an de La liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix, ou encore de La Madeleine à la veilleuse de Georges de La Tour pour attirer 500 000 visiteurs par an. Une pointe de 700 000 est même attendue la première année sous l’effet de la nouveauté. Parmi eux, le musée compte accueillir la moitié de visiteurs du Nord-Pas-de-Calais et 30 % d’étrangers.

Reproduire la réussite de Pompidou-Metz

Même si l’on est bien loin des 8,9 millions de visiteurs -un record !- qui sont venus découvrir à Paris les salles du Louvre en 2011, la région Nord-Pas-de-Calais espère que Lens suivra le même chemin que son aîné parisien.

Le Louvre est, en effet, dans le "top 3" des institutions muséales les plus rentables, derrière Versailles et le musée d’Orsay. 43 % des 95 millions de budget alloués pour 2012 proviennent de ses fonds propres. C’est la billetterie (audioguides et activités culturels inclus) qui constitue la plus grosse part des ressources. Elle a rapporté 54 millions en 2012, loin devant le mécénat (18 millions).

On peut aussi souhaiter au nouveau musée de rencontrer le même succès que le centre Pompidou installé à Metz, qui fut la première expérience de décentralisation. Depuis son ouverture en mai 2010, il a attiré 1,5 million de visites, devenant ainsi une destination touristique majeure. L’agence de développement économique de Metz Métropole a chiffré à 70 millions d’euros les retombées économiques pour la région.

Le titre de l'encadré ici

|||

Pourquoi Lens :

C’est dans le cadre de la politique de décentralisation culturelle, initiée par le président Jacques Chirac, que le Louvre a cherché une nouvelle terre d’accueil. En novembre 2004, la ville de Lens a été retenue face à cinq autres concurrentes de la région. La première pierre a été posée en décembre 2009. Le bâtiment inauguré le 4 décembre va permettre d’accueillir plus de 250 œuvres sur plus de 2 000m2.

Coralie Cathelinais