BFM Business

Le patron de Disney+ démissionne pour diriger TikTok

Kevin Mayer

Kevin Mayer - -

Kevin Mayer est l'artisan du succès de la nouvelle plate-forme du géant américain. Mais la présidence du groupe lui a échappé. Et il a décidé d'accepter l'offre de la firme chinoise.

Kevin Mayer, 58 ans, et quasiment toute une carrière chez Disney avec comme point d'orgue le lancement de Disney+, annonce sa démission surprise du géant américain. Il rejoint la firme chinoise ByteDance et aura en charge le développement international, les ventes, le marketing, la sécurité, et les affaires juridiques de l'entreprise notamment pour TikTok, la célèbre application pour smartphone qui compte près d'un milliard d'utilisateurs actifs tous les mois. 

Officiellement, il s'agit de saisir une opportunité de poids. "J’étais heureux chez Disney, mais l’ampleur de l’opportunité qu’on me donnait était telle qu’il était impossible de refuser", explique Kevin Mayer au New York Times.

Carton mondial pour Disney+

"Kevin est l’un des patrons de l’industrie du divertissement les plus accomplis au monde, il est donc très bien placé pour propulser le catalogue de produits de ByteDance au niveau supérieur", commente Zhang Yiming, fondateur et PDG de ByteDance.

Officieusement, cette démission pourrait être liée au départ surprise du mythique Bob Iger. Malgré le carton mondial de Disney+, service qu'il a lancé, Kevin Mayer n'a en effet pas été choisi pour lui succéder à la présidence du géant américain. Mickey Mouse lui a préféré Bob Chapek, un autre homme du sérail, jusque là en charge des parcs et des produits. 

Rebecca Campbell, membre du conseil d’administration de Disney, remplacera Kevin Mayer et devra notamment accompagner le lancement de Disney+ dans de nouveaux pays, notamment au Japon.

Le service compte à ce jour 54 millions de clients qu'il convient maintenant de fidéliser dans un contexte de difficultés financières dues à la crise du coronavirus. Le groupe de divertissements évalue à 1,4 milliard de dollars l'impact de l'épidémie sur son activité.

Olivier Chicheportiche