BFM Business

Le marché du film de Cannes résiste à la crise

Le marché du film de Cannes, qui se tient en parallèle du festival, réalise un volume d'affaires estimé à 800 millions de dollars

Le marché du film de Cannes, qui se tient en parallèle du festival, réalise un volume d'affaires estimé à 800 millions de dollars - -

Après un point bas atteint en 2010, le premier marché de vente de films au monde affiche à nouveau des chiffres en hausse. Mais les prix seraient encore en baisse.

Après avoir atteint un plus bas en 2010, le marché du film de Cannes, qui se tient en parallèle du festival, continue de rebondir. "Les participants disent avoir signé encore plus de contrats, vendus encore plus de films, mais à des prix plus bas", résume Jérôme Paillard, délégué général du marché, qui est le premier au monde, avec un volume d’affaires estimé à 800 millions de dollars.

Cette année, le nombre de films proposés a cru de 15% (à 5.364), grâce à une forte croissance des documentaires (+35%). Le nombre de participants a tutoyé les 12.000 (+5%), porté par une plus forte présence des pays d’Asie et d’Afrique. Le nombre de sociétés présentes a aussi augmenté de 2,5%, à 5.033. Seul point noir: l’Europe du sud. "Le nombre de participants espagnols et italiens a un peu baissé, mais beaucoup de films ont quand même été vendus, car, finalement, très peu de distributeurs ont disparu", explique Jérôme Paillard.

Films très attendus

Lors de cette édition ont été présentées les premières images de deux films très attendus: Welcome to New York (le film d’Abel Ferrara où Gérard Depardieu joue DSK) et Harlock: space pirate (la version cinéma en 3D du dessin animé Albator).

Surtout, un nombre de stars sans précédent est venu sur la Croisette pour présenter des films non point déjà tournées, mais encore à l’état de scénario, dans le but de réunir des financements –signe que les projets sont plus difficiles à boucler financièrement. A chaque fois, ces présentations étaient fermées à la presse, mais réservées aux investisseurs potentiels.

Ainsi, Martin Scorsese a effectué une présentation de son projet Silence, d’après le roman de Shusaku Endo. Et Tim Burton et Christopher Waltz ont organisé un brunch pour présenter Big eyes, qui doit être produit par les frères Weinstein. Justin Timberlake a été l’hôte d’honneur d’un brunch et d’une soirée pour promouvoir sa biographie du producteur de disques Neil Bogart. Tandis que Pele est venu soutenir le projet de film sur sa vie.

"Le glamour reste important"

"Plus d’Américains sont venus au marché cette année, car ils ont besoin de trouver des financements à l’international, notamment en Europe. Et pour séduire un producteur ou un financier, le glamour du festival reste très important", confirme Jérôme Paillard.

En revanche, le nombre de films en 3D reste stable depuis deux ans, signe qu’un palier a été atteint.

Mais la projection numérique s’est définitivement imposée. "Sur les 886 films projetés au marché, tous l’ont été en numérique sauf 4, alors qu’il y avait encore 50 films en argentique l’an dernier", souligne Jérôme Paillard. Pareillement, lors de la prestigieuse compétition officielle du festival, tous les films ont été –pour la première fois- projetés en numérique.

La télévision japonaise NHK a même présenté en marge du marché Beauties à la carte, le premier film tourné en très haute définition (7680 lignes ou 8K).

De notre envoyé spécial à Cannes et Jamal Henni