BFM Business

"Le Loup de Wall Street" financé par un détournement de fonds publics?

Le loup de Wall Street a généré près de 400 millions de dollars de recettes dans le monde.

Le loup de Wall Street a généré près de 400 millions de dollars de recettes dans le monde. - Patrick Kovarik - AFP

Le film de Martin Scorsese aurait bénéficié de 100 millions de dollars illégalement siphonnés dans le fonds souverain malaisien.

Un film sur une escroquerie boursière, financé par un détournement de fonds publics: les accusations des autorités américaines visant "Le Loup de Wall Street" n'ont rien à envier à un véritable scénario hollywoodien.

Sorti en 2013, le film de Martin Scorsese est apparu en marge d'une offensive judiciaire américaine lancée mercredi pour récupérer un milliard de dollars d'actifs, achetés avec de l'argent détourné du fonds souverain malaisien 1MDB. 

Succès planétaire avec 392 millions de recettes mondiales, "Le Loup de Wall Street" a quant à lui bénéficié de financements de 100 millions de dollars illégalement siphonnés via des montages complexes dans les paradis fiscaux, selon les autorités américaines.

"La population malaisienne n'a pas perçu un centime des bénéfices réalisés par ce film. (...) Cet argent est allé dans les poches des parents et associés des responsables corrompus de 1MDB", a déclaré la ministre adjointe de la Justice, Leslie Caldwell, en annonçant la saisie des futures recettes générées par le film.

Détournement massif

Au centre des accusations américaines figure Riza Aziz, le beau-fils du Premier ministre malaisien, qui a co-fondé en 2010 le studio de cinéma hollywoodien Red Granite ayant produit "Le Loup de Wall Street".

Le financement du long métrage proviendrait toutefois d'un détournement de fonds massif, portant sur 1,4 milliard de dollars qui avaient été levés pour le compte de 1MDB via des émissions d'obligations en 2012, selon la plainte américaine.

Une partie de cette somme -237 millions de dollars- a été placée sur un compte suisse ouvert au nom d'une société immatriculée dans les Iles Vierges britanniques avant d'être utilisée par Riza Aziz pour acheter de luxueuses propriétés et fonder son studio de cinéma, affirment les autorités.

Récompensé en 2014 d'un Golden Globe pour son interprétation dans "Le Loup de Wall Street", Leonardo DiCaprio lui-même avait rendu hommage à Red Granite en remerciant l'ensemble de "l'équipe de production", dont Riza Aziz, pour avoir pris des "risques sur ce film".

Le studio a six longs-métrages à son actif dont "Les Brasiers de la colère" (2013) avec Christian Bale et "Daddy's Home" (2015) avec Mark Wahlberg et Will Ferrell.

Y.D. avec AFP