BFM Business

"L'Equipe" condamné pour avoir tué son concurrent "Le 10 Sport"

Le quotidien sportif était prêt à dépenser 7 millions d'euros pour rester en monopole.

Le quotidien sportif était prêt à dépenser 7 millions d'euros pour rester en monopole. - -

Le quotidien sportif a été condamné à une amende de 3,5 millions d'euros par l'Autorité de la concurrence pour avoir évincé illégalement son rival "Le 10 Sport"

Depuis 1948, L'Equipe est l'unique quotidien sportif français. Régulièrement, un concurrent s'attaque à son monopole, que ce soit Le Sport il y a vingt ans, ou Le 10 Sport il y a cinq ans.

Mais, à chaque fois, le nouvel arrivant se casse les dents et fini par jeter l'éponge. Ce monopole de L'Equipe est dû à son ancienneté et à sa qualité, mais aussi à des comportements anti-concurrentiels, qui ont été sanctionnés pour la première fois jeudi 20 février.

En effet, le quotidien du groupe Amaury a été condamné par l'Autorité de la concurrence à une amende de 3,5 millions d'euros pour avoir évincé illégalement Le 10 Sport.

La décision du gendarme de la concurrence est accablante. Elle détaille minutieusement le plan secret mis en place par L'Equipe pour tuer son concurrent. L'objectif de "tuer Le 10 Sport" figure même explicitement dans le compte rendu d'une réunion rédigé par un dirigeant du groupe (cf. ci-dessus).

Ce compte rendu -et bien d'autres documents compromettants- ont été saisis lors d'un raid mené en mai 2009 dans les locaux d'Amaury. Ce dernier tentera bien de faire annuler ce raid, allant jusqu'à la Cour de cassation, mais en vain.

Rétablir le monopole

Pour tuer son rival, Amaury avait lancé lui aussi un quotidien sportif, baptisé Aujourd'hui Sport, "une réplique presque en tous points" du 10 Sport: même tarif low cost (0,5 euro), même format, même ligne éditoriale (surtout du foot), et même date de lancement!

A première vue, le lancement d'un journal de plus par Amaury paraît bénéfique pour la concurrence. Mais le jugement démontre que l'objectif réel d'Aujourd'hui Sport était de tuer toute concurrence, pour rétablir le monopole absolu de L'Equipe.

Mission accomplie

D'abord, Aujourd'hui Sport a été un journal éphémère: une fois tué Le 10 Sport, sa mission était accomplie, et sa parution s'est arrêtée trois mois plus tard. Une décision surprenante, car les ventes d'Aujourd'hui Sport avaient été dopées de +40% par l'arrêt du 10 Sport...

Pire: dès le départ, Amaury avait prévu qu'Aujourd'hui Sport ne durerait pas. La patronne du groupe Marie-Odile Amaury avait déclaré lors d'un colloque qu'elle arrêterait "sans doute" Aujourd'hui Sport si elle avait la peau de son rival.

Surtout, les plans d'affaires saisis lors du raid n'allaient jamais plus loin que 14 mois d'existence... Pour se défendre, Amaury a argué être un groupe familial qui ne faisait pas de "projections sophistiquées", et qu'en réalité, l'arrêt du 10 Sport était dû à "sa qualité médiocre" (sic).

De la place pour un autre quotidien sportif

Surtout, le gendarme de la concurrence démontre que le lancement d'Aujourd'hui Sport n'était "pas rationnel économiquement". C'était la stratégie de défense qui coûtait le plus cher au groupe Amaury -il était prêt à y engloutir 7 millions d'euros!

Si cette stratégie a pourtant été mise en place, c'est parce que c'était "la riposte la plus dommageable financièrement pour Le 10 Sport, dès lors qu’elle permettait de minimiser ses ventes et affectait fortement son résultat opérationnel. Ce comportement stratégique traduit bien la volonté d’éviction du groupe Amaury qui a fait le choix de sacrifier des bénéfices en espérant évincer son concurrent et retrouver sa situation de monopole", estime le gendarme de la concurrence.

Selon lui, il y avait bien de la place pour un autre quotidien sportif: à eux deux, Le 10 Sport et Aujourd'hui Sport avaient atteint 70.000 exemplaires, soit le point mort visé par Le 10 Sport.

Amaury en difficultés financières

Maigre consolation pour l'Equipe: le gendarme de la concurrence a écarté les autres accusations portées contre le quotidien sportif, comme celles d'avoir fait pression sur les kiosquiers, les annonceurs, ou les agences d'achat d'espace. Certes, un document interne fixe bien comme objectif un "verrouillage" du marché publicitaire, ce qui sera "urgent, pas facile et coûteux". Mais ces éléments ont été jugés insuffisants...

Autre consolation: Amaury, arguant être actuellement en "difficultés financières", a obtenu grâce à cela une ristourne de 60% sur le montant de l'amende.

Toutefois, la facture pourrait s'alourdir. En effet, Le 10 Sport (qui a survécu sous la forme d'un hebdomadaire) va maintenant pouvoir demander des dommages et intérêts devant le tribunal de commerce.

NB: NextRadioTV (à qui appartient ce site web) a détenu 19% du 10 Sport entre 2008 et 2009

Le titre de l'encadré ici

|||Cinq ans de procédure

Novembre 2008: lancement simultané du 10 sport et d'Aujourd'hui Sport
Décembre 2008: Le 10 Sport porte plainte devant l'Autorité de la concurrence
Fin mars 2009: Le 10 Sport devient hebdomadaire
Mai 2009: raid chez Amaury
Fin juin 2009: Aujourd'hui Sport s'arrête
Automne 2013: la Cour de cassation valide les raids
Février 2014: condamnation de L'Equipe

Jamal Henni